Jacques Boissinot/La Presse canadienne Agnès Maltais

MONTRÉAL — Le Parti québécois (PQ) a annoncé samedi qu’il portera plainte à la Sûreté du Québec pour vol de documents contre deux de ses anciennes employées qui travaillent maintenant à la Coalition avenir Québec (CAQ) — une manoeuvre «désespérée», selon le député caquiste, François Bonnardel.

La direction générale du PQ a affirmé par voie de communiqué qu’elle avait décidé de se plaindre contre «deux transfuges» qui se seraient approprié des «documents nominatifs, confidentiels, stratégiques et électoraux».

L’une des employées aurait également «tenté d’accéder au système informatique du Parti Québécois pendant et après son passage à la CAQ», indique-t-on dans le communiqué.

L’attaché de presse du Parti québécois, Yanick Grégoire, qui répondait aux demandes d’entrevues samedi, a expliqué que l’appropriation de ces documents «très importants» était «extrêmement problématique».

Le parti prend «très au sérieux» ces allégations et c’est pour cette raison que le PQ a décidé de se plaindre à la police provinciale, a-t-il ajouté.

Vendredi, la CAQ avait elle-même annoncé qu’elle allait déposer une poursuite en diffamation contre la députée péquiste Agnès Maltais, qui avait reproché à deux anciennes employées bénévoles du parti d’avoir apporté des documents lorsqu’elles sont passées à la CAQ, en 2011.

«Le Parti québécois est désespéré aujourd’hui de porter plainte à la police pour des allégations. Mme Maltais n’a jamais répété le mot ‘vol’», a tonné François Bonnardel en marge du congrès de la CAQ à Drummondville.

Selon Mme Maltais, les deux femmes en question, Lynne Harpin et Nicole Savard, auraient téléchargé des documents du PQ sur une clef USB peu avant de quitter le PQ pour la CAQ. Mais les femmes qu’elle a identifiées ont, par l’entremise du chef de la CAQ, catégoriquement nié avoir fait ces gestes.

La députée péquiste n’a pas utilisé le mot «vol», mais quand un journaliste lui a demandé si c’était ce qu’elle soupçonnait, elle a répondu: «ça a du poil, ça a quatre pattes, ça fait miaou et ça a des moustaches; est-ce que c’est un chat?»

«Lynne Harpin, Nicole, je leur donnerais mon compte de banque et mon coffret de sûreté. Jamais, jamais je ne croirai que ces deux femmes ont volé des documents», a laissé tomber M. Bonnardel.

«C’est triste de voir jusqu’à quel point le Parti québécois veut profiter d’une situation qui s’est passée voilà cinq-six ans», a-t-il martelé.

L’attaché de presse du PQ n’a pas souhaité commenter la poursuite contre Mme Maltais.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus