Mario Beauregard / Métro Paul St-Pierre Plamondon, Catherine Fournier (droite)

Le Parti québécois (PQ) a lancé dimanche une série de consultations citoyennes dans le but de se renouveler et de barrer la route aux libéraux lors de la prochaine élection provinciale en 2018.

Mené par l’ancien candidat à la chefferie du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, le programme «Osez repenser le PQ» enverra une vingtaine d’ambassadeurs dans toutes les régions du Québec pour aller à l’écoute des citoyens.

Ces ambassadeurs, dont certains n’ont pas voté pour le PQ aux élections de 2014, proviennent de trois milieux clés, soit la diversité, le monde des affaires et de la relève, trois thèmes autour desquels se dérouleront les discussions.

Selon M. St-Pierre Plamondon, qui est aussi conseiller spécial pour le renouvellement du nouveau chef du PQ, Jean-François Lisée, la «division» actuelle de l’opposition entre le PQ, la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire est néfaste pour la démocratie québécoise et ne fait qu’ouvrir la porte aux libéraux.

«Québec solidaire, la Coalition avenir Québec, dans un système proportionnel mixte, on n’aurait aucun problème à travailler ensemble. Mais là, dans le système actuel, on a une problématique très réelle. Si tout le monde si divise exactement comme on a vu ces dernières années, ce sont les libéraux qui vont être reportés au pouvoir à nouveau, et c’est inacceptable», a-t-il affirmé en marge du point de presse de lancement du programme.

M. St-Pierre Plamondon croit que cette division des votes mène au désintéressement de la population pour la politique.

«Si on ne veut pas se retrouver avec des situations comme avec Donald Trump, [le président élu des États-Unis], il va falloir qu’on prenne en main notre démocratie. Et ça, ça veut dire qu’on commence par accepter l’idée que ce n’est pas normal que les libéraux puissent être reconduits en raison de la division du vote», affirme-t-il.

Le but des consultations est de «tendre la main» aux gens qui ne se retrouvent pas dans la base électorale du parti. «Il faut avoir l’honnêteté de dire à des gens qui ne votent plus PQ ou qui n’ont jamais voté PQ, ‘qu’en penses-tu?’ juge M. St-Pierre Plamondon. Peu importe pour qui ils ont voté en 2014, les gens sont très conscients d’une forme d’impasse politique. Ils veulent une solution, et c’est pourquoi on tend la main.»

Les citoyens qui veulent organiser une rencontre avec un ambassadeur du projet Osez repenser le PQ pourront le faire sur le site du programme.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus