Seth Perlman / The Associated Press

OTTAWA — Une enquête fédérale interne soutient que les solutions de rechange à la criminalisation de diverses drogues au Canada pourraient entraîner un usage réduit et des impacts moindres en ce qui a trait à la dépendance, les surdoses et les maladies infectieuses.

Le document de recherche du ministère de la Justice souligne qu’il y a des manières plus probantes pour la santé publique et moins dispendieuses d’affronter le problème de l’usage de drogues illégales, et que les principaux obstacles pourraient être plus politiques que pratiques.

En s’appuyant sur des expériences ailleurs dans le monde, le document conclut que le Canada pourrait être un leader dans les réformes sur les politiques liées à la drogue.

Le gouvernement libéral a promis de légaliser, réglementer et restreindre l’accès à la marijuana dans l’objectif de maintenir ces produits hors de la portée des enfants tout en évitant que des criminels tirent des revenus du commerce illicite.

L’étude, obtenue grâce à la Loi sur l’accès à l’information, porte un regard beaucoup plus large sur les politiques gouvernementales à travers le monde — incluant des mesures concernant des drogues dures comme l’héroïne — et les résultats obtenus.

L’enquête a découvert des solutions de rechange probantes, notamment l’éducation en bas âge, la prévention et les soins aux gens qui deviennent des consommateurs de drogues.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus