HALIFAX — Une jeune mère de Halifax a été condamnée à 30 mois de prison pour proxénétisme impliquant deux adolescentes de 14 et 15 ans.

Tashlynn Shaw, âgée de 25 ans, a admis au tribunal qu’elle avait emmené les jeunes filles chez des clients, réservé des chambres d’hôtel et acheté de l’alcool.

Les deux adolescentes étaient déjà des prostituées, mais Tashlynn Shaw a admis qu’elle avait encouragé ces jeunes filles à continuer dans cette voie par appât du gain, a conclu le juge Robert Wright, de la Cour suprême de Nouvelle-Écosse.

Mme Shaw, qui élève seule une petite fille, soutient qu’elle était démunie financièrement. Sans emploi, elle vivait de l’aide sociale depuis des années lorsqu’elle a rencontré les adolescentes.

Elle a plaidé coupable à deux chefs de proxénétisme avec une personne mineure, à deux chefs pour avoir exercé un contrôle sur les jeunes filles, et à un chef d’agression armée sur la plus jeune. Seize autres chefs d’accusation ont été abandonnés à la suite de son plaidoyer de culpabilité sur les cinq autres.

Les chefs d’accusation retenus sont passibles d’une peine minimale de deux ans de prison, mais le juge Wright a voulu condamner la jeune femme à «un peu plus» — deux ans et demi.

Selon l’exposé conjoint des faits, Tashlynn Shaw était devenue amie avec les adolescentes. Elle avait réussi à convaincre la fille de 15 ans de rester dans la prostitution lorsque celle-ci a voulu quitter le métier, et elle a souvent demandé à la plus jeune de remplacer la plus vieille pour un client. Les filles étaient venues vers Mme Shaw parce qu’elles n’avaient ni permis de conduire, ni cartes bancaires ni site internet.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!