Archives Métro

MONTRÉAL — Aucune accusation ne sera déposée contre les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) visés par des allégations d’agressions sexuelles à l’endroit de femmes autochtones de Val-d’Or, rapportent plusieurs médias.

Les preuves seraient insuffisantes pour que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) porte des accusations, indique-t-on en citant des sources anonymes.

Le porte-parole du DPCP Jean-Pascal Boucher a refusé «de confirmer ou d’infirmer» à La Presse canadienne l’information relayée mardi.

Le DPCP annoncera sa décision vendredi au cours d’un point de presse à Val-d’Or.

Les procureurs du DPCP ont indiqué par communiqué, lundi, avoir terminé d’analyser les 37 dossiers transmis par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui a enquêté sur ces allégations.

La plupart des faits allégués concernent des policiers de la SQ à Val-d’Or. Plusieurs femmes autochtones de cette ville d’Abitibi-Témiscamingue avaient dénoncé des violences et agressions sexuelles dont elles disent avoir fait l’objet à l’émission «Enquête» de la télévision de Radio-Canada, il y a un peu plus d’un an.

Six agents de la SQ avaient été suspendus après la diffusion du reportage.

Le SPVM avait alors été chargé d’enquêter sur ces cas présumés à Val d’Or, mandat par la suite élargi à toute allégation d’agression sexuelle contre des Autochtones commise où que ce soit au Québec par des agents d’un corps policier autre que le SPVM.

Les plaintes prises en compte ont été déposées et traitées avant le 4 avril dernier.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus