OTTAWA — Le ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités a tenu à préciser, mardi, que ce ne sera pas à Ottawa de décider s’il y aura des frais pour utiliser les infrastructures publiques construites avec l’aide d’investisseurs privés.

Amarjeet Sohi a expliqué que cette décision relèvera des provinces et des municipalités.

Le spectre des péages sur les routes, les ponts et autres infrastructures publiques a été brandi depuis que le gouvernement libéral de Justin Trudeau a annoncé son intention de créer une «banque de l’infrastructure», destinée à engranger de 4 à 5 $ d’argent du privé pour chaque dollar injecté par le gouvernement fédéral.

Les conservateurs et les néo-démocrates soutiennent que les investisseurs privés exigeront certainement des rendements, ce qui se traduirait éventuellement par des péages et des frais d’utilisation pour les usagers de ces infrastructures.

Mais le ministre Sohi a indiqué en entrevue mardi que la «banque fédérale de l’infrastructure» approuvera des projets présentés par les municipalités et les provinces, et que ce sera ensuite à elles de décider de quelle façon les partenaires du secteur privé pourront obtenir un rendement sur leur investissement.

M. Sohi ne s’inquiète pas trop du fait que plusieurs projets, quoiqu’absolument nécessaires, ne soulèveront pas d’engouement chez les investisseurs privés. Ces projets seront toutefois admissibles au programme fédéral d’infrastructures, qui prévoit d’investir 186 milliards $ en 12 ans, a précisé le ministre. La future «banque de l’infrastructure» ne représentera que huit pour cent de cette enveloppe.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus