MONTRÉAL — Le ministère de la Santé cherche à gagner du temps en tenant, plus tard cette semaine, son Forum sur les meilleures pratiques en CHSLD, alors qu’il devrait plutôt s’attarder à mettre en application les moyens déjà connus pour améliorer la vie des personnes âgées et du personnel soignant de ces établissements, estime la Fédération interprofessionnelle de la Santé du Québec (FIQ).

Le Forum sur les meilleures pratiques en centres d’hébergement et de soins de longue durée, qui se déroulera jeudi et vendredi à Montréal, a pour objectif principal d’«identifier les meilleures pratiques cliniques et organisationnelles et de soutenir concrètement l’implantation de celles-ci».

Or, la présidente de la FIQ, Régine Laurent, rappelle qu’une commission parlementaire non partisane s’est déjà penchée sur le sujet et a produit, en juin dernier, un rapport contenant des recommandations que le syndicat juge «fort intéressantes». La FIQ ne comprend donc pas pourquoi le ministre de la Santé Gaétan Barrette n’est pas déjà à pied d’oeuvre afin de mettre en application ces recommandations.

«Il y a des recommandations sur la table qui devraient permettre d’agir, mais au lieu d’agir, on va être encore pendant une journée et demie dans un forum. On va y participer, mais on espère que ça ne finira pas sur une tablette pour la énième fois», a laissé tomber Mme Laurent lors d’une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Parmi ces recommandations se trouvait l’implantation de ratios professionnelles en soins/patients. Lors de la dernière négociation entre la FIQ et Québec, le syndicat avait d’ailleurs obtenu du gouvernement la mise sur pied de projets-pilotes pour implanter de tels ratios, et le ministre de la Santé s’était montré «pressé qu’on aille de l’avant», a mentionné Mme Laurent.

«On a dû se battre en négociations pour leur dire: « OK, il y a des solutions pour les CHSLD, entre autres avec des ratios » (…) On a organisé un symposium international, le 26 octobre, où on a eu des gens entre autres de la Californie, de Boston, même de l’Australie, qui sont venus dire au Québec à quel point ça avait donné quelque chose d’intéressant pour les patients, pour les professionnels, pour les familles. On est prêt à faire ce travail-là au Québec, mais il faut que le ministère veuille avancer aussi», a-t-elle expliqué.

En comparaison, la FIQ souligne que dans l’État de Victoria, en Australie, les ratios en vigueur sont d’une infirmière pour sept patients le jour, une pour huit le soir et une pour 15 la nuit, alors qu’au Québec, «la nuit, très souvent une seule infirmière peut avoir la responsabilité de 100, voire 200 patients».

Une seule rencontre a eu lieu avec Québec jusqu’à maintenant, déplore Mme Laurent, qui juge que le ministère «se traîne les pieds» dans ce dossier, et qui craint que la tenue du Forum, mercredi et jeudi, ne serve qu’à «polir l’image du gouvernement».

«Il y a ce qu’il faut en ce moment pour agir», fait-t-elle valoir.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus