TC Media Yvon Deshaies

Bien assis confortablement devant son téléviseur, le maire de Louiseville Yvon Deshaies était tout sourire, le 8 novembre, en regardant les Américains choisir le milliardaire aux propos controversés comme prochain président. Le lendemain, il a envoyé rien de moins qu’une quinzaine de lettres de félicitations à l’intention de Donald Trump.

Yvon Deshaies ne se cache pas, il est ravi de l’arrivée du candidat républicain à la Maison-Blanche. En entrevue avec Catherine Perrin à l’émission Médium Large, mercredi matin, sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première, ce dernier a même révélé avoir envoyé des lettres à Trump et aux membres de sa famille, et ce, à plusieurs adresses différentes où il est susceptible d’être lu.

Il y livre un plaidoyer en faveur d’une bonne relation commerciale entre les deux pays voisins. Le magistrat a rappelé que les exportations aux États-Unis représentent plus de 85 % du marché d’affaires des entreprises manufacturières de la «capitale du meuble».

On se rappellera que le républicain avait vivement critiqué l’Accord de libre-échange nord-américain durant sa campagne électorale.

À quand un Trump québécois ?
Comme de nombreux électeurs qui ont voté pour Donald Trump, le maire Deshaies croit qu’il apportera un vent de changement. Son franc parlé et ses idées controversées, avance-t-il, «c’est justement ce que le petit peuple américain voulait entendre».

«Le petit peuple, ce sont les gens qui travaillent fort pour un simple salaire minimum. J’ai un couple d’amis en Pennsylvanie qui m’ont dit : écoute Yvon, on est tanné ici de la bourgeoisie, c’est pour ça qu’on se tourne vers Trump», a-t-il déclaré en ondes.

Pourtant, il n’y a pas plus riche et célèbre que le milliardaire new-yorkais, a souligné la journaliste.

À cela, Yvon Deshaies a déclaré qu’il était partie de «presque rien». Malgré quelques déboires et des faillites, le nouveau président s’est repris en main pour construire son empire qui aujourd’hui, emploie de nombreux Américains. «Je trouve que c’est un homme d’affaires hors pair», a-t-il louangé.

Dans l’émission, le magistrat a toutefois indiqué qu’il n’endossait pas tous les propos de Donald Trump, notamment en ce qui concerne les femmes. En terminant, il a même été jusqu’à qualifier la campagne électorale des deux candidats «d’irrespectueuse» et «d’épouvantable».

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus