VANCOUVER — Le bilan des morts imputables à la consommation de substances illicites ne cesse de grimper en Colombie-Britannique, plusieurs mois après que la province eut déclaré une urgence de santé publique.

Selon les statistiques du Bureau du coroner de la Colombie-Britannique, 622 surdoses mortelles sont survenues entre les mois de janvier et octobre, et 80 pour cent d’entre elles ont touché des hommes.

Au cours de la même période l’an dernier, ce nombre s’élevait plutôt à 397 morts.

Le puissant opioïde fentanyl a été détecté dans 60 pour cent des cas de décès attribuables aux drogues entre le 1er janvier et le 30 septembre — soit une proportion trois fois plus grande qu’entre ces mêmes dates l’année précédente.

Les autorités provinciales rapportent que le mois d’octobre a été le théâtre de 63 surdoses fatales, contre 57 le mois précédent.

Alors que le bilan des morts montait en flèche, en avril dernier, le gouvernement de la Colombie-Britannique a déclaré une urgence de santé publique et assoupli les restrictions concernant la naloxone, un médicament qui traite les surdoses aux opioïdes.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus