Giuseppe Valiante Giuseppe Valiante / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Un bâtiment historique ayant abrité la première salle exclusivement cinématographique du Canada a été la proie des flammes, jeudi, dans le quartier chinois, à Montréal.

Selon le Service de sécurité incendie, les flammes se sont déclenchées en avant-midi au 974, boulevard Saint-Laurent, entre la rue De La Gauchetière et l’avenue Viger. Le bâtiment de quatre étages semblait être en rénovation.

Jeudi soir, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a indiqué que sa section des enquêtes criminelles avait dorénavant la responsabilité de déterminer les causes de ce brasier.

Plus de 50 véhicules et 120 pompiers avaient été dépêchés sur les lieux en début d’après-midi. Des agents du SPVM ont aussi été appelés en soutien, entre autres pour assurer la circulation dans le secteur.

Yvon Daunais, chef des opérations du Service des incendies, a précisé que le bâtiment était dès le départ considéré comme dangereux, notant que certains étages n’avaient même pas de plancher, ce qui a pu permettre aux flammes de se propager rapidement.

Le feu s’est d’ailleurs propagé jusqu’à la toiture de l’édifice adjacent, du côté nord, et les pompiers s’affairaient à s’assurer que les flammes ne s’éparpillent pas davantage.

Les pompiers n’ont pu entrer à l’intérieur du bâtiment principal, notamment à cause des risques d’effondrement. Le secteur a aussi dû être évacué.

«On n’a aucun pompier blessé, ni citoyen ou travailleur qui était à proximité. Le bâtiment était vacant, il n’y avait aucun employé à l’intérieur», a précisé M. Daunais.

Lors d’un point de presse en milieu d’après-midi, M. Daunais a indiqué que des pelles mécaniques allaient devoir être utilisées pour une démolition contrôlée du bâtiment, en raison de l’instabilité des murs et des risques d’effondrement.

«C’est pour ça que les pompiers n’approchent pas (le bâtiment)», a-t-il soutenu.

Interrogé au sujet de la présence d’amiante sur les lieux, rapportée par l’entrepreneur en construction responsable du chantier, M. Daunais a déclaré ne pas s’inquiéter de la qualité de l’air ambiant pour ses pompiers.

«Non, présentement, dans les périmètres où on travaille, c’est quand même sécuritaire pour ce qui est de l’amiante, il n’y a pas de danger pour nos travailleurs à ce niveau-là», a-t-il indiqué.

En soirée, Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM, a précisé que les enquêteurs devaient amorcer leur analyse de la scène vendredi matin.

Le périmètre de sécurité devrait donc demeurer en place au moins jusqu’à ce moment.

Selon le site internet de la Ville de Montréal, le 974, boulevard Saint-Laurent, baptisé édifice Robillard, a été le lieu de la première salle exclusivement cinématographique du Canada de 1896 à 1897.

«Le 27 juin 1896, le Français Louis Minier, concessionnaire du célèbre cinématographe des frères Lumière, y réalise la première projection cinématographique en salle au Canada. Montréal inaugure donc le cinématographe deux jours avant New York et à peine six mois après Paris», peut-on lire sur la section consacrée à l’endroit sur le site de la Ville.

«Les aléas de l’industrie cinématographique ne permirent pas le maintien de la salle qui redevint un théâtre, puis abrita une centrale téléphonique – l’une des plus vieilles de Montréal – et enfin des magasins», y ajoute-t-on.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus