La Presse canadienne Gaétan Barrette

MONTRÉAL — Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a annoncé vendredi l’embauche de 1150 travailleurs dans les centres de soins de longue durée — une annonce qui a été bien reçue par le personnel concerné.

En fait, c’est une somme de 65 millions $ qui sera ainsi injectée dans les services directs dans le réseau des Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), a-t-il précisé au cours d’une conférence de presse à l’issue du Forum sur les meilleures pratiques en CHSLD, en fin de journée vendredi à Montréal.

Devant les gestionnaires des CHSLD, il a promis qu’il demanderait des comptes et qu’il n’était pas question que cet argent serve à d’autres fins que celui pour lequel il a été prévu, à savoir l’embauche de personnel pour améliorer les soins et services aux 37 000 résidants.

Les 1150 personnes ainsi embauchées pourront être des infirmières, des infirmières auxiliaires ou des préposés aux bénéficiaires, selon le cas. Le ministre a voulu laisser une marge de manoeuvre aux gestionnaires afin qu’ils puissent adapter leurs embauches à leurs besoins.

Ces travailleurs seront affectés à «des meilleurs soins, des meilleurs soins d’hygiène, des bains supplémentaires, pour l’alimentation et ainsi de suite», a résumé le ministre Barrette.

Il a même pris soin de dire aux dirigeants des CHSLD qu’ils pouvaient se mettre tout de suite à l’embauche de personnel.

Il a aussi promis d’intervenir prochainement sur la question des «ratios», c’est-à-dire la proportion d’infirmières, par exemple, par patients.

Il faut dire que le rapport d’un coroner, qui est paru plus tôt cette semaine, concernant la surcharge d’une infirmière, qui avait 175 patients sous sa responsabilité dans un CHSLD, a soulevé l’indignation. Le ministre lui-même a encore une fois souligné que c’était «une pas bonne idée» d’avoir prévu un tel ratio de personnel.

Réactions

Présentes sur place, la Fédération interprofessionnelle de la santé, qui représente la majorité des infirmières, ainsi que la CSN, qui représente des milliers d’employés dans le réseau de la santé et des services sociaux, ont bien reçu l’annonce ministérielle.

«J’ai envie de dire enfin! Après des années d’austérité budgétaire, on reconnaît qu’il y a des besoins de personnel dans le réseau. C’est un pas dans la bonne direction. C’est une bonne nouvelle ça», s’est exclamé Jean Lacharité, l’un des vice-présidents de la CSN.

Du côté de la FIQ, la vice-présidente, Nancy Bédard, s’est aussi félicitée de ces embauches. Elle ignore si les futures embauches ne feront que combler les postes qui avaient été supprimés dans le passé. Elle a souligné qu’il s’agissait là au moins d’un ajout de services, de soins et de personnel, ce qui est une bonne chose pour les résidants et pour le personnel déjà en place.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus