The Canadian Press Justin Trudeau et Michaëlle Jean.

ANTANANARIVO, Madagascar — Justin Trudeau n’a pas hésité à aborder des dossiers controversés auprès de ses homologues du Sommet de la Francophonie, à Madagascar, parlant avortement, droits homosexuels, mutilations génitales et féminisme devant un public pour qui ces sujets sont souvent tabous.

À la cérémonie d’ouverture de la Grand-Messe francophone, le premier ministre a fait la part belle aux droits des femmes et a déploré qu’ils soient «trop souvent bafoués».

Il a notamment insisté sur la nécessité pour les femmes d’avoir accès à l’avortement et s’est désolé que tant de jeunes filles soient mariées de force. Il a également déploré les mutilations génitales qui sont encore pratique courante dans certaines régions du monde.

«C’en est assez!», a-t-il lancé dans un discours ponctué d’applaudissements enthousiastes de l’assistance. Il a notamment interpellé les hommes à s’investir dans la cause féministe.

Justin Trudeau a également abordé un thème qui lui tient à coeur, celui des droits de la communauté LGBT, n’hésitant pas à rappeler qu’elle était victime de discrimination dans de nombreux pays, incluant ceux faisant partie de la francophonie.

Il a évoqué le terme de la radicalisation des jeunes menant au terrorisme. Il s’agit là d’un thème sur lequel s’est aussi attardé le président français François Hollande. Le président a soutenu que la langue partagée par la francophonie était celle de la raison et de la liberté, des idéaux que «ne comprennent pas» les terroristes.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!