OTTAWA — Le gouvernement fédéral restreint six substances chimiques servant à la production du fentanyl, pour s’attaquer à la crise de cas de surdoses et de décès liés aux opioïdes.

Santé Canada a annoncé mercredi que les nouvelles réglementations entraient en vigueur immédiatement en raison de l’urgence de la situation. La ministre de la Santé, Jane Philpott, a affirmé que les restrictions sur certains des éléments entrant dans la composition de la drogue synthétique figuraient parmi une série de mesures prises par le gouvernement.

La ministre a aussi indiqué que ces mesures aideraient la police à intervenir dans la chaîne d’approvisionnement des produits chimiques utilisés pour fabriquer la substance illicite.

La GRC a annoncé la semaine dernière avoir conclu un accord avec la Chine pour tenter de stopper la circulation du fentanyl au Canada.

Le plan vise à mieux informer les Canadiens des risques liés aux opioïdes, à soutenir l’amélioration des pratiques d’ordonnance, à rendre plus difficile l’accès aux opioïdes inutiles, à soutenir l’amélioration des traitements, à améliorer l’ensemble des données probantes au Canada et à réduire l’offre et les méfaits des drogues illicites, a indiqué Santé Canada.

La Colombie-Britannique a déclaré un état d’urgence de santé publique en avril, mais le bilan des morts continue d’augmenter, avec 622 victimes comptabilisées entre janvier et octobre, dont 60 pour cent ayant impliqué la prise de fentanyl.

Mme Philpott a fait valoir que le gouvernement agissait rapidement pour réduire l’approvisionnement en fentanyl, bien qu’il y ait du travail encore plus urgent à accomplir.

«Il y a des décès pratiquement chaque jour en raison des surdoses aux opioïdes. Et certains de ces décès, en fait un nombre croissant, sont associés aux substances illicites incluant, bien entendu, le fentanyl», a-t-elle affirmé aux médias, à Ottawa.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!