The Associated Press

WELLINGTON, Nouvelle-Zélande — Les vacances d’un couple canadien ont pris une fin abrupte lorsque les douaniers d’un aéroport de la Nouvelle-Zélande ont découvert dans la sacoche de la femme un chat de 4 ans qu’elle avait réussi à dissimuler depuis Vancouver.

L’homme et la femme se sont vus refuser l’entrée au pays, puis ils ont été forcés à prendre le prochain avion pour retourner chez eux, a relaté jeudi le porte-parole du ministère des Industries primaires au pays, Craig Hugues.

M. Hughes a parlé d’un geste «imprudent et dangereux».

La Nouvelle-Zélande a des règlements stricts pour l’importation d’animaux. Les chats et les chiens de la plupart des pays doivent avoir une puce électronique et peuvent être mis en quarantaine pour un minimum de dix jours après leur arrivée.

Le couple, âgé dans la mi-vingtaine, est arrivé à dissimuler l’animal pendant le vol de 11 300 kilomètres de Vancouver à Auckland. M. Hugues a dit qu’il s’agissait vraisemblablement d’un chat «très silencieux et docile».

À leur arrivée, l’homme et la femme avaient affirmé qu’ils n’avaient rien à déclarer, mais les douaniers ont décidé d’inspecter leurs bottes et ils ont pris leurs sacs pour les passer dans une machine à rayons X.

M. Hugues a indiqué que la femme était «très réticente» à donner sa petite sacoche et elle répétait qu’il avait déjà été inspecté. Elle a finalement admis qu’il y avait un chat à l’intérieur, mais elle a ajouté qu’elle l’avait déjà dit à l’employé au service de billetterie de l’avion.

Même si cette histoire était vraie, il demeure inacceptable d’amener un chat sans le déclarer, a tranché M. Hugues.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus