The Associated Press Le pape François.

VATICAN — Le pape François a accepté la démission hâtive d’un évêque canadien qui a semé la controverse à Calgary quand il s’est opposé aux règles qui encadraient les LGBTQ dans les écoles publiques de la ville.

Le communiqué d’une seule ligne publié mercredi par le Vatican pour annoncer le départ de l’évêque Frederick Henry ne fait toutefois aucune mention de cette controverse.

M. Henry est âgé de 73 ans, soit deux ans de moins que l’âge auquel les évêques sont tenus de remettre leur démission au pape.

Le pape François a nommé monseigneur William McGrattan à la tête du diocèse de Calgary. M. McGrattan — un ancien ingénieur âgé de 60 ans — dirigeait jusqu’à présent le diocèse de Peterborough.

L’an dernier, l’évêque Henry avait été qualifié d’«anticatholique» et de «totalitaire» pour avoir dénoncé les règles albertaines qui permettaient aux lesbiennes, gais, bisexuels, trans et allosexuels/queers d’utiliser les toilettes de leur choix dans les écoles de la province, ainsi que de s’habiller et de participer aux sports d’équipe selon leur identité sexuelle.

Le pape François a fréquemment condamné la «théorie du genre», qu’il a notamment qualifiée de menace pour le mariage. Il a également condamné les écoles qui, selon lui, inculquent aux enfants l’idée que le genre peut être choisi.

Mais en respect avec son emphase sur la miséricorde, sans juger les autres, il a aussi indiqué aux journalistes s’être occupé de transgenres en tant que prêtre et évêque en Argentine, puis à titre de pape.

L’automne dernier, il a fait mention d’une lettre reçue d’un homme transgenre espagnol qui a plus tard marié une femme. Le pape François a dit avoir accordé une audience au couple, qui semblait heureux. Il a ajouté avoir critiqué le prêtre de la paroisse de l’homme, qui lui criait «Tu iras en enfer!» chaque fois qu’il le croisait dans la rue.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus