OTTAWA — Un syndicat de pilotes canadiens estime que Transports Canada devrait être responsable de vérifier les qualifications des pilotes étrangers.

Cette revendication survient alors que les policiers de Calgary disent avoir trouvé un pilote de la compagnie aérienne Sunwing sans connaissance dans sa cabine de pilotage, le 31 décembre dernier. Le pilote originaire de Slovaquie Miroslav Gronych — un homme d’origine slovaque qui détient un permis de travail au Canada — a été accusé d’avoir eu à sa charge le contrôle d’un avion pendant qu’il était en état d’ébriété

Le président de l’Association des pilotes fédéraux du Canada (APFC) accuse le ministère d’esquiver ses responsabilités en demandant aux exploitants aériens de vérifier les permis et les dossiers médicaux des pilotes étrangers.

Greg McConnell souligne que cette tâche revenait auparavant aux membres de son syndicat, qui représente des pilotes professionnels oeuvrant à titre d’inspecteurs pour le gouvernement fédéral.

Les autorités étrangères en matière d’aviation pourraient ne pas être à l’aise de fournir ces informations à des compagnies qui ne représentent pas leur homologue canadien, a-t-il avancé.

Miroslav Gronych a été arrêté alors qu’il s’apprêtait à décoller de Calgary, samedi dernier, pour un vol à destination de Cancun, au Mexique, qui devait aussi comprendre des escales à Regina et à Winnipeg. Les policiers disent avoir découvert le pilote affaissé dans son siège, avant qu’ils ne l’escortent hors de l’appareil.

Il a été libéré sous une caution de 1000 $ et son passeport a été confisqué. On lui a également interdit de piloter un avion au Canada lors de sa libération sous caution.

Dans une lettre à l’intention des compagnies aériennes, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a exprimé ses inquiétudes à la suite de l’incident. Il enjoint aux transporteurs de démontrer, d’ici le 15 février, qu’ils ont bel et bien mis en place les procédures appropriées.

«L’incident survenu à Calgary nous rappelle à quel point il est nécessaire de veiller à ce que les protocoles soient à jour et mis en oeuvre avec toutes les ressources requises, y compris les mesures établies pour confirmer l’aptitude des pilotes à effectuer un vol», a-t-il écrit.

«Bien que les protocoles normalisés et l’intervention rapide de l’équipage aient permis de régler le récent incident, nous avons la responsabilité collective de nous assurer d’avoir de solides systèmes nous permettant de prévenir que de tels incidents se produisent à l’avenir», a-t-il ajouté.

M. Garneau a annoncé que des représentants de son ministère organisaient un atelier, prévu au début du printemps, afin de réunir les compagnies, les syndicats et les experts médicaux pour préparer un resserrement des mesures de sécurité en aviation.

Le président de l’APFC, Greg McConnell, maintient que le gouvernement devrait se montrer plus soucieux sur la conformité des permis de pilotes étrangers et des certificats médicaux qui les valident.

M. McConnell, qui était lui-même inspecteur pour Transports Canada dans les années 1990, affirme que les agences étrangères examinent quant à elles les permis de pilotes canadiens avec grande attention.

Selon le ministère, deux options s’offrent aux pilotes étrangers qui cherchent l’autorisation de manoeuvrer un aéronef au Canada. Ils peuvent décrocher un permis canadien grâce à une évaluation normale, ou faire reconnaître leur permis étranger avec un certificat de validation de licence étrangère. Transports Canada a émis 176 certificats de ce genre au cours de l’an dernier.

La porte-parole de Sunwing, Jacqueline Grossman, soutient que si la vaste majorité de ses pilotes sont Canadiens, ceux qui proviennent de l’extérieur doivent détenir ce certificat du ministère et un permis de l’Agence européenne de la sécurité aérienne.

«En plus, tous les pilotes étrangers reçoivent une formation et sont approuvés par le département de formation de Sunwing avant d’avoir l’autorisation de piloter un avion de Sunwing», a-t-elle déclaré par courriel.

«Les directives de Sunwing suivent et dépassent souvent les exigences strictes de Transports Canada en matière de sécurité», a-t-elle avancé.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!