TC Media – Archives

Après le dernier incident rapporté d’un thermostat qui a surchauffé, nombreux sont ceux qui se sont dirigés vers leur quincaillerie, prenant le personnel de court au passage.

Le 5 janvier dernier, Radio-Canada rapportait qu’une résidente de Neuville, près de Québec, avait eu toute une frousse en s’apercevant qu’un de ses thermostats accrochés au mur était en train de surchauffer. Ledit thermostat de marque Honeywell faisait l’objet d’un rappel depuis 2011, ce qu’ignorait Natalie Saindon, déménagée récemment dans sa nouvelle demeure.

Il n’en fallait pas plus pour que les clients commencent à affluer dans les quincailleries de la région. Au Rona L’Entrepôt Québec de la rue Bouvier, la demande a été si grande qu’on a manqué de réserve. «C’est comme si tu préparais une dinde à Noël pour 30 personnes et qu’il en arrivait 70», illustre un employé du magasin.

Rappel vieux de cinq ans
Le rappel de Santé Canada pour le thermostat de marque Honeywell remonte à il y a un peu plus de cinq ans. L’organisme étatique explique sur son site Internet que «le thermostat contient un relais de tension secteur servant de commutateur pour les plinthes ou les radiateurs soufflants. Le relais pourrait mal fonctionner, auquel cas le boîtier pourrait surchauffer.»

Les produits visés par ce premier rappel ont été vendus de 2000 à 2007. Santé Canada estime que 240 837 thermostats rappelés ont été vendus à travers le pays.

Un second rappel élargi a touché divers thermostats de secteur Maison, NOMA, RONA et UPM en 2015. Les thermostats de marques diverses comportaient des risques de surchauffe, provoquant de la fumée, endommageant le mur et présentant un risque d’incendie. De juin 2011 au lancement du rappel, 24 incidents ont été signalés à Santé Canada par les consommateurs et les détaillants.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus