Jonathan Hayward Jonathan Hayward / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau devrait annoncer des modifications à son cabinet après une première année de travaux de son gouvernement, mardi. Il ferait changer de chaise certains ministres plus faibles et accorderait des promotions à d’autres ministres plus solides alors qu’il se prépare à l’accession officielle à la présidence de Donald Trump aux États-Unis.

La Presse canadienne a appris que le remaniement pourrait affecter environ le tiers des ministres.

Parmi ceux qui devraient changer de poste figure la ministre du Commerce international, Chrystia Freeland, qui devrait prendre la place de Stéphane Dion aux Affaires étrangères.

Mme Freeland, une ex-journaliste économique comptant un carnet élaboré de contacts aux États-Unis, est reconnue pour avoir traversé des obstacles de la dernière heure qui menaçaient l’automne dernier la conclusion de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne — une expérience potentiellement précieuse pour négocier avec la nouvelle administration Trump.

M. Trump, dont l’investiture se tiendra le 20 janvier, a promis une approche protectionniste ferme, qui inclurait la renégociation ou l’abandon de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

Le passage de M. Dion aux Affaires étrangères n’a pas été de tout repos, marqué par la controverse entourant l’approbation d’une entente sur la vente d’armes d’une valeur de 15 milliards $ à l’Arabie saoudite. Son caractère irritable pourrait aussi être nuisible devant le personnage imprévisible qu’est Donald Trump.

Des rumeurs voulant que M. Dion soit nommé ambassadeur en France courent depuis des mois, mais l’intéressé a nié tout intérêt personnel à occuper ces fonctions.

Le ministre de l’Immigration, John McCallum, pourrait aussi quitter la vie politique, et certaines sources suggèrent qu’il sera nommé ambassadeur en Chine.

Les nouvelles d’un remaniement ont fait surface, lundi, alors même que le bureau du premier ministre confirmait que deux hauts conseillers de M. Trudeau, Katie Telford et Gerald Butts, avaient rencontré certains des principaux conseillers de M. Trump, bâtissant des ponts avec la prochaine administration américaine.

La ministre de la Condition féminine, Patty Hajdu, qui est perçue comme une ministre solide, ainsi que la ministre des Institutions démocratiques, Maryam Monsef, qui a pour sa part été critiquée pour la gestion du dossier de la réforme démocratique, devraient également assumer d’autres fonctions.

La ministre de l’Emploi, MaryAnn Mihychuk, serait également touchée par les changements. Le nom du ministre des Transports, Marc Garneau, a aussi été évoqué lundi soir.

Un nouveau venu

Les sources ayant transmis ces informations, qui ont requis l’anonymat puisqu’elles ne pouvaient pas dévoiler la nouvelle publiquement, s’attendent à ce qu’au moins un nouveau venu arrive au cabinet: le député québécois François-Philippe Champagne, qui est actuellement secrétaire parlementaire du ministre des Finances Bill Morneau.

Dans son premier cabinet de 30 ministres, M. Trudeau s’était démarqué en assurant la parité entre les hommes et les femmes. Cette parité a été bousculée l’automne dernier lorsque Hunter Tootoo a démissionné du cabinet et du caucus libéral pour suivre des traitements contre la dépendance à l’alcool à la suite d’une relation inappropriée, comme il l’a reconnu plus tard, avec une membre féminine de son personnel.

L’ajout de M. Champagne rétablirait la parité, en tenant pour acquis que M. Dion conserve une place dans le cabinet.

Une autre source interne, parlant sous le couvert de l’anonymat pour discuter de détails n’ayant pas encore été rendus publics, a dit qu’un tel remaniement restreint cadrait dans la stratégie de renouveler graduellement l’équipe de ministres, plutôt que de procéder à un seul rebrassage imposant à la mi-temps du premier mandat de M. Trudeau.

Un autre réalignement devrait probablement survenir cet été avant d’entamer la seconde moitié du mandat à l’automne par un discours du Trône, a indiqué cette source.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!