TORONTO — Des chercheurs canadiens ont identifié l’«empreinte génétique» qui expliquerait pourquoi près d’un tiers des hommes qui souffrent d’un cancer de la prostate localisé et potentiellement guérissable développent ensuite des métastases envahissantes après un premier traitement.

Un des coauteurs de l’étude, le docteur Robert Bristow, du Centre de cancérologie Princess-Margaret, à Toronto, soutient que cette découverte pourrait aider les médecins à offrir un traitement plus «personnalisé» dès que le cancer de la prostate est diagnostiqué chez un patient.

L’étude, dont les résultats ont été publiés en ligne lundi par la revue scientifique «Nature», a analysé les tumeurs de 500 Canadiens qui souffraient de cancer de la prostate localisé et non héréditaire. Les chercheurs ont utilisé les techniques de séquençage de l’ADN afin de comprendre comment les tumeurs de la prostate pouvaient varier d’un sujet à un autre. Ces observations permettraient d’adapter le traitement en fonction des patients, ce qui augmenterait ses chances de réussite.

Dans une autre étude aussi publiée lundi, le docteur Bristow et ses collaborateurs indiquent comment ils ont réussi à décrypter le code génétique expliquant pourquoi le cancer de la prostate induit par mutation héréditaire d’un gène s’avère souvent mortel. Selon le docteur Bristow, il reste maintenant à traduire ces découvertes en outils diagnostiques. Une nouvelle étude, auprès de 500 autres hommes, sera ainsi menée au cours des trois prochaines années.

Les tumeurs de la prostate sont les plus malignes de toutes celles qui touchent les hommes au Canada, et constituent la troisième cause de mortalité par cancer dans cette population, après le cancer du poumon et le cancer colorectal. On estime que 21 600 hommes ont appris en 2016 qu’ils souffraient d’un cancer de la prostate; environ 4000 en sont morts.

Aussi dans National :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!