Dans un centre de dons, dans le stationnement d’une épicerie et tout récemment, à l’intérieur d’un sac lancé dans les eaux du fleuve, en Mauricie; des cendres humaines sont retrouvées abandonnées dans des endroits aussi inusités qu’inappropriés un peu partout dans la province. Et si cela venait en partie d’une prestation de décès insuffisante pour disposer dignement de «papa et maman»?

Du moins, c’est le constat auquel est parvenue la Corporation des thanatologues du Québec. À son décès, un travailleur laisse des dizaines de milliers de dollars dans le régime de retrait du Québec (Retraite Québec) pour lequel il a cotisé toute sa vie.

Si ce dernier a le malheur de ne pas mourir dans un accident de la route ou sur son lieu de travail, sa famille devra se contenter que de 2 500$. Une somme bien insuffisante pour payer des funérailles convenables.

«La prestation de décès est limitée et plafonnée à 2 500$ depuis bientôt 20 ans», a expliqué le directeur général du Complexe funéraire J.D. Garneau de Trois-Rivières, Ronny Bourgeois.

Actuellement, calcule M. Bourgeois, il en coûte en moyenne 6 800$ pour des funérailles. Pas étonnant donc de voir des familles escamoter le rituel funèbre, faute de pouvoir se payer une sépulture.

«Chaque semaine, dans nos salons funéraires, on voit des familles mises devant un choix déchirant: soit s’endetter, soit réduire les funérailles de papa ou maman au minimum. C’est inacceptable pour un travailleur qui a cotisé toute sa vie au régime de retraite», a-t-il dénoncé.

Le gouvernement du Québec s’apprête d’ailleurs à réviser en profondeur son régime de retraite. Comme plusieurs autres complexes funéraires, J.D. Garneau souhaite que cela comprenne une bonification de la prestation de décès.

Il y a quelques jours, cette question était encore exclue des consultations parlementaires qui débuteront le 17 janvier.

«Nous avons finalement été entendus», a lancé avec soulagement M. Bourgeois. «Le gouvernement Couillard nous a répondu positivement et une indexation sera envisagée lors des consultations.»

Selon ce dernier, la prestation de décès devra être bonifiée au minimum à 5000$, soit au même niveau que la SAAQ ou la Commission de la Santé et Sécurité au Travail.

Quand mourir coûte très cher:

Cercueil: 2 000 à 6 000$ (les plus chers peuvent coûter jusqu’à 50 000$)

Frais de services: les frais et les services offerts varient selon les régions et les salons funéraires. En Estrie et dans les environs, ces frais se situent entre 3 200$ et 4 000$. À Québec, ils peuvent facilement dépasser 6 000$.

Service religieux: cela comprend le creusage de la fosse, les avis de décès dans les journaux, les fleurs, le repas, la gravure de monument, etc. Ce montant peut atteindre 2 000$.

Total: 7 000$ et plus

Les différentes prestations de décès:

Retraite Québec: 2 500$

CNESST et SAAQ: 5 100$

(Données : Résidence funéraire Charron & Fils)

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!