Christopher Katsarov Christopher Katsarov / La Presse Canadienne

TORONTO — Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a défendu vendredi sa décision de passer jusqu’à deux mois par année au Costa Rica en soutenant que ces voyages lui permettent de voir sa famille.

M. Pallister avait récemment annoncé, en entrevue avec La Presse canadienne, qu’il prévoit séjourner dans ce pays jusqu’à huit semaines par année.

Après son discours devant le Club économique du Canada, vendredi, à Toronto, il a dit passer environ cinq semaines annuellement au Costa Rica. Son plus récent voyage vers ce pays d’Amérique centrale remonte aux vacances des Fêtes, alors qu’il était accompagné de sa femme et de ses enfants.

Le premier ministre manitobain est embourbé dans cette controverse depuis la campagne électorale du printemps dernier, lorsqu’une enquête du réseau anglais de Radio-Canada a révélé qu’il avait passé un jour sur cinq au Costa Rica depuis son arrivée à la tête du Parti progressiste-conservateur, en septembre 2012.

M. Pallister avait aussi dit au «Winnipeg Free Press» qu’il n’était pas allé au Costa Rica au début de l’année 2016 — ce qui était faux.

Il assure que ce temps à l’étranger ne nuit pas à l’accomplissement de ses fonctions.

«Je ne veux pas avoir l’air acerbe face aux réalités de la vie en politique, mais je travaille souvent la nuit. Je travaille durant beaucoup de fins de semaine, donc je ne vois pas mes enfants. Nous n’avons pas les opportunités que beaucoup de familles tiennent pour acquises», a-t-il avancé.

Brian Pallister assure qu’il est «joignable tous les jours» et qu’il est toujours en mesure de regagner le Manitoba en l’espace d’un jour.

Il soutient ne s’être jamais absenté en Chambre pour un voyage au Costa Rica.

«Si le prix à payer pour construire une famille plus forte et des relations plus fortes avec ma femme et mes filles est de me faire poser des questions comme ça, je suis heureux de prendre ces questions», a-t-il ajouté.

Aussi dans National :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!