Paul Daly Paul Daly / La Presse Canadienne

SAINT-JEAN, T.-N.-L. — Un agent de la police provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador qui avait tué de trois balles un citoyen, en 2015, ne voit rien de répréhensible au fait qu’il ait transmis plus tard par courriel sa version de l’événement à l’agent de la GRC chargé de l’enquête externe.

Le policier Joe Smyth, de la Force constabulaire royale de Terre-Neuve, témoignait lundi devant la commission d’enquête publique sur la mort de Don Dunphy. Le policier prétend que la victime a pointé un fusil sur lui lorsqu’il s’est présenté à sa porte pour une affaire de commentaires menaçants sur Twitter contre le premier ministre de l’époque, Paul Davis.

L’agent Smyth a expliqué lundi à la commission qu’il avait en toute bonne foi mis en «copie conforme» le policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) chargé de l’enquête lorsqu’il a envoyé un courriel à quelque 400 policiers de la Force constabulaire et de la police fédérale. Le courriel a fait l’objet d’une fuite dans les médias le jour des funérailles de M. Dunphy.

Dans ce courriel, l’agent Smyth encourageait ses collègues à intervenir avec doigté auprès de citoyens en détresse, sans toutefois regretter son geste. Devant la commission d’enquête, il s’est cependant désolé qu’il soit maintenant «trop tard» pour intervenir autrement auprès de M. Dunphy.

L’agent Smyth soutient qu’il a agi en état de légitime défense lorsqu’il a abattu de trois coups de feu Don Dunphy, âgé de 59 ans. Le policier était arrivé sans prévenir, le dimanche de Pâques 2015, à la résidence de M. Dunphy à Mitchell’s Brook, sur la baie St. Mary’s, dans le sud de l’île de Terre-Neuve.

La GRC a plus tard soutenu qu’un fusil chargé avait été retrouvé aux pieds de la victime, et elle a décidé de ne porter aucune accusation contre l’agent Smyth. La fille de M. Dunphy a mis en doute l’équité et le sérieux de l’enquête menée par la GRC, pour un événement survenu sur son territoire.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!