OTTAWA — L’armée canadienne a annoncé vendredi qu’un lieutenant de vaisseau, Brendan Ryan, avait été formellement accusé d’agression sexuelle et de harcèlement criminel.

Le chef d’accusation d’agression sexuelle concerne une victime civile à la base de Moose Jaw, en Saskatchewan, en mai 2012, a indiqué le Service national des enquêtes des Forces canadiennes. Le chef d’accusation de harcèlement criminel se rapporte à des incidents «qui se sont déroulés vraisemblablement entre août 2012 et octobre 2014».

L’agression sexuelle a d’abord été signalée par la victime en novembre 2013 à la Gendarmerie royale du Canada, qui a confié le dossier au Service national des enquêtes des Forces canadiennes, puisque l’incident aurait eu lieu sur une base militaire. Les accusations ont été déposées à la base des Forces canadiennes à Kingston, en Ontario, parce que l’officier subalterne Ryan y suit actuellement des cours au Collège militaire royal.

L’armée indique que l’affaire suit son cours «conformément à la justice militaire et pourrait faire l’objet d’une cour martiale à une date et à un lieu qui restent encore à déterminer».

Le Service national des enquêtes, une unité indépendante du Groupe de la police militaire, enquête sur des affaires «de nature grave et délicate» liées aux installations du ministère de la Défense nationale ainsi qu’au personnel du ministère et aux membres des Forces qui servent au Canada ou à l’étranger.

Le lieutenant-colonel Francis Bolduc, commandant du Service national des enquêtes, indique que les accusations portées contre le lieutenant de vaisseau Ryan «reflètent l’engagement continu du Service de soutenir les victimes par la conduite d’enquêtes approfondies pour tous les signalements d’agression sexuelle».

«Peu importe le lieu de l’agression ou la complexité de l’enquête, nos efforts visent à poursuivre en justice les personnes responsables des infractions sexuelles», a-t-il soutenu dans un communiqué.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!