TC Media Marie Pier Lécuyer) Lucie et Nathalie Lesage

Délivrance. C’est le mot qui a marqué la journée de vendredi pour Lucie et Nathalie Lesage, alors que leur père a reçu sa sentence au terme d’un procès rempli d’émotions pour la famille.

«C’est un soulagement, je suis très satisfaite», a lancé Nathalie, appuyée par sa sœur Lucie. «Je trouve que ça a été juste pour ce qu’on a enduré», a poursuivi celle-ci.

Au moment où le juge dévoilait la sentence que devrait purger Jacques Roger Lesage, les victimes, assises dans la première rangée de la salle de cour, ont versé quelques larmes, visiblement émotives d’entendre le juge dire que leur père allait devoir purger une peine de quinze ans de prison.

Elles sont contentes de la sévérité de la peine, ont-elles confiées aux médias de la région et surtout que le juge ait crue en elles et qu’il ait pris en considération les séquelles et le travail de reconstruction que doivent faire les victimes depuis le début des procédures judiciaires, en 2014.

Alors que Jacques Rogers Lesage est resté quasi-impassible durant la totalité du prononcé de la sentence, Nathalie et Lucie Lesage ont confié ne pas être surprises outre mesure de cette attitude. «On est habituées, c’est ce qu’il a démontré, de l’indifférence totale, depuis le tout début des procédures.»

«Quand tu es en face de tes enfants que tu es censé protéger et que tu as même pas seulement un petit moment d’émotion…», a poursuivi Nathalie Lesage, émotive.

Elles estiment que leur agresseur n’a pas de remords. «Il n’en aura jamais», martèle Nathalie.

De voir que leur père sera inscrit au registre des délinquants sexuels est encore «plus une délivrance», puisque tout le monde pourra savoir ce que ce dernier a posé comme geste.

Même s’il sera derrière les barreaux pour de nombreuses années, Lucie Lesage admet que la peur persiste. «C’est sûr que je me sens un peu en sécurité, mais ça va prendre encore un bon bout avant que la peur disparaisse tellement il est ignoble.»

Elles doutent d’ailleurs du cheminement que fera leur père derrière les barreaux et croient qu’il mettra «tout en œuvre pour trouver une porte de sortie».

Lucie et Nathalie Lesage entendent bien suivre le prochain procès, alors qu’il devra de nouveau faire face à la justice, concernant des faits similaires qui lui sont reprochés avec une quatrième victime.

Se reconstruire
«C’est la fin d’un chapitre», a lancé Lucie Lesage, quelques minutes après le prononcé de la sentence. Maintenant, elle entamera, tout comme sa sœur, la reconstruction.

«On tourne une page, c’est sûr que les blessures restent, mais on va apprendre à vivre avec et à se reconstruire totalement petit peu à petit peu à la fois», indique pour sa part Nathalie Lesage.

Maintenant que l’identité de leur père a été dévoilée et par le fait même la leur, elles disent sentir largement les encouragements du public. «En sent que les gens nous appuient et c’est sûr que c’est apprécié, ça fait du bien au cœur», a lancé Lucie Lesage.

Vêtues de vert, la couleur de l’espoir, elles ont lancé un vibrant plaidoyer aux gens qui voudraient dénoncer un agresseur. «Je demande à tous les gens qui sont victimes, allez-y, foncez, ça semble pénible, c’est vrai que ça l’est. Ça semble ardu, mais quelle délivrance en bout de ligne», clame Nathalie Lesage.

«Dans le malheur, ce qu’il y a de beau, c’est qu’on s’est retrouvées», conclut Nathalie qui entend bien développer une relation de «sœurs» avec Lucie et son autre sœur, Chantal Knippenberg.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!