Seth Wenig Seth Wenig / The Associated Press

FREDERICTON — IBM rend maintenant disponible un système informatique de lutte contre la cybercriminalité que le géant américain avait commencé à mettre au point l’an dernier.

La nouvelle application, «IBM QRadar Advisor», est maintenant offerte aux institutions qui veulent mesurer la gravité de menaces informatiques.

Caleb Barlow, vice-président d’IBM Security, explique que les responsables de la sécurité informatique scrutent en moyenne plus de 200 000 incidents par jour, afin de déterminer ce qui peut être considéré comme une menace sérieuse. Selon lui, plus de 20 000 heures sont perdues chaque année pour enquêter sur de «faux positifs». «Le système Watson est en quelque sorte l’adjoint de recherche de ces humains», a-t-il dit.

Le système Watson avait d’abord été conçu par IBM pour participer — et gagner — au jeu télévisé «Jeopardy!», mais la technologie a depuis été appliquée à d’autres projets qui exigent une résolution de problèmes, de la lutte contre le cancer à la conception de vêtements.

La version bêta du système a été testée dans une quarantaine d’universités et entreprises dans le monde, dont l’Université du Nouveau-Brunswick et la Financière Sun Life.

David Shipley, responsable des nouvelles technologies de l’information à l’Université du Nouveau-Brunswick, soutient que Watson peut accomplir en quelques minutes une tâche qui prenait jusqu’ici une demi-journée. À cause du volume énorme d’information produite chaque jour dans les grandes institutions, l’humain ne peut choisir que les pires cas de menaces informatiques pour les analyser, explique M. Shipley. Grâce à son «informatique cognitive», Watson peut ingurgiter toutes ces informations. M. Shipley demande l’«avis» de Watson une douzaine de fois par jour.

Le vice-président Barlow n’a pas voulu dévoiler le prix de la nouvelle application d’IBM, qui sera surtout utilisée par les grandes universités et entreprises.

On estime que d’ici 2020, on aura besoin de deux millions de spécialistes de la sécurité informatique dans le monde.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!