OTTAWA — Justin Trudeau a contribué réhabiliter l’image de Donald Trump auprès des femmes en l’assoyant à une table d’entrepreneures lundi dernier à Washington.

C’est du moins l’avis du chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, qui a formulé mercredi de sévères critiques à l’endroit du premier ministre.

Selon lui, ce dernier a rendu une fière chandelle au président des États-Unis, qui le recevait dans le cadre d’une première visite officielle à la Maison-Blanche un peu plus tôt cette semaine.

Car Justin Trudeau aura carrément été un «faire-valoir» de Donald Trump en convaincant l’équipe du président de créer un Conseil canado-américain pour l’avancement des femmes entrepreneures et chefs d’entreprise et d’en faire un événement médiatique.

«Le même Donald Trump s’est déjà vanté de s’être livré à des agressions sexuelles parce qu’il pouvait le faire, parce qu’il était célèbre», a pesté le chef néo-démocrate en point de presse dans le foyer des Communes.

«Moi je pense qu’il y a une marge; le Canadien moyen n’accepte pas que notre premier ministre soit utilisé comme ça, pour aider Donald Trump à se sortir de ce qu’il a créé pour lui-même», a soutenu Thomas Mulcair.

La création du comité vise «à ce que les femmes aient des chances égales sur le marché du travail» au Canada comme aux États-Unis, selon une déclaration commune publiée lundi à l’issue de la rencontre entre les deux dirigeants.

«Nous croyons que cette initiative favorisera la croissance des entreprises dirigées par des femmes et contribuera à notre croissance économique et compétitivité globales, et à une intégration accrue de nos économies», est-il précisé dans cette même déclaration.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!