Marie-Pascale Fortier/TC Media

Environ 300 étudiants ont manifesté à Québec jeudi après-midi pour la rémunération des stages dans tous les domaines d’études.

La manifestation est organisée par les Comités unitaires sur le travail étudiant (CUTE) à l’occasion du Rendez-vous national sur la main d’œuvre, qui avait lieu jeudi, au centre des congrès. Des étudiants de Montréal, Gatineau et Sherbrooke ont participé à cette manifestation. Les CUTE ne sont affiliés à aucune association étudiante, mais l’Association pour une solidarité syndicale (ASSÉ) a invité ses membres à prendre part au rassemblement.

Les CUTE ont choisi de manifester pendant le Rendez-vous national sur la main d’œuvre puisque la question de l’arrimage de la formation au marché de l’emploi y est discuté. «On considérait que c’était un bon moment pour venir parler du travail qu’on fait en tant qu’étudiant, qui est non rémunéré», explique Valérie Simard, qui est étudiante au Baccalauréat en enseignement, à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

L’étudiante explique les les internes en psychologie ont obtenu une victoire sur la question de la rémunération des stages cet automne, mais elle considère «qu’il ne devrait pas y avoir une hiérarchisation entre les disciplines. Peu importe le niveau d’études, on mérite d’être payés pour le travail qu’on effectue».

Près de 25 000 étudiants sont en grève jeudi pour dénoncer la non-rémunération des stages, notamment l’Association des étudiantes et étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (ADEESE-UQAM). «Les stagiaires en éducation doivent accomplir des centaines d’heures de stage bénévolement au cours de leur formation afin d’obtenir leur diplôme. En réalité, les stagiaires paient pour réaliser leurs stages, puisque ceux-ci sont reliés à des crédits universitaires dans leur programme. Il est souvent difficile de concilier travail et études en période de stage», a souligné l’association dans un communiqué de presse.

Les CUTE souhaitent éventuellement déclencher une grève générale jusqu’à ce qu’il y ait une rémunération des stages dans l’ensemble des formations, explique Valérie Simard.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!