Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — Un comité sénatorial soutient que le gouvernement libéral pourrait gaspiller des milliards de dollars dans le cadre de son programme d’infrastructure au cours des prochaines années, à cause d’un manque d’orientation stratégique pour dépenser efficacement toutes les nouvelles sommes promises.

Le Comité sénatorial des finances nationales estime que dans certains cas, la seule mesure du rendement de ces vastes programmes se limite au nombre de projets terminés et à leur valeur. Le gouvernement sait donc combien d’argent sort des coffres mais ne sait pas précisément ce à quoi il aura servi, déplorent les sénateurs.

Faute d’un plan stratégique, Infrastructure Canada ne peut établir d’objectifs significatifs ni de mesures du rendement, souligne le rapport du Comité des finances. Les parlementaires et les Canadiens ne peuvent donc vérifier si le programme d’infrastructure du gouvernement libéral atteindra véritablement son objectif de stimuler l’économie.

Les sénateurs déplorent par ailleurs que le programme d’infrastructure soit administré d’une façon ou d’une autre par 31 organismes gouvernementaux, qui présentent souvent des priorités différentes. Le comité croit que cette façon de faire prête à confusion pour les demandeurs et ne permet pas au Parlement d’effectuer un suivi rigoureux.

Il recommande donc qu’Infrastructure Canada soit le guichet unique auquel les municipalités pourraient s’adresser directement. Les sénateurs recommandent par ailleurs qu’Infrastructure Canada consulte les municipalités et prenne en compte leurs besoins réels avant de distribuer les fonds.

Le président du comité sénatorial, le conservateur Larry Smith, a résumé le rapport en estimant que le gouvernement devait établir des priorités et rendre le programme plus souple et plus clair.

«Nous ne disons pas au gouvernement qu’il ne fait pas du bon travail — là n’est pas la question. Mais ce programme est primordial pour l’avenir du pays.»

Au cabinet du ministre de l’Infrastructure, Amarjeet Sohi, on promet pour le printemps un plan stratégique à long terme, élaboré de concert avec les municipalités et les parlementaires.

Ottawa a promis jusqu’ici d’injecter 186 milliards $ dans les projets d’infrastructures au cours de la prochaine décennie; près de la moitié de cette somme proviendra du nouveau programme promis par les libéraux en campagne électorale pour stimuler l’économie canadienne.

La première phase du programme est destinée à rénover ou réparer les infrastructures existantes, afin de verser l’argent rapidement en attendant la deuxième phase, qui exige plus de préparation. Cette phase, dotée d’une enveloppe d’environ 80 milliards $, servira à réaliser des projets plus ambitieux.

Ottawa a mis plus de temps que prévu à verser les premières tranches du programme aux provinces et aux municipalités. Le comité sénatorial a découvert qu’en décembre dernier, 308 projets, d’une valeur de 806 millions $, étaient déjà en route, alors que le gouvernement visait le double — 719 projets valant 1,5 milliard $.

Ce lent décollage risque de mettre à mal les projections économiques des libéraux; par contre, les Canadiens verront encore des grues lorsqu’ils se rendront voter aux élections fédérales d’octobre 2019.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!