Getty Images/iStockphoto

MONTRÉAL — La présence redoutable de la carpe asiatique dans le fleuve Saint-Laurent est maintenant confirmée.

Des analyses d’ADN permettent au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec d’affirmer que la carpe de roseau, l’une des quatre espèces de carpes asiatiques, a été détectée à 16 endroits dans le fleuve, du sud-ouest québécois jusqu’au lac Saint-Pierre, et dans certains des tributaires du fleuve.

Les carpes asiatiques génèrent des impacts majeurs sur les milieux qu’elles colonisent. La carpe de roseau, qui peut atteindre 1,25 mètre de longueur et peser plus de 50 kg, mange beaucoup, tolère bien les changements de températures et les faibles concentrations d’oxygène.

Les autorités entendent agir sur plusieurs fronts afin de limiter la propagation de la carpe de roseau. Une attention particulière sera portée à la gestion des barrages et des passes migratoires afin de limiter sa propagation vers les eaux intérieures.

De plus, Québec établira des mesures limitant l’utilisation des poissons appâts qui sont reconnus comme des vecteurs d’introduction et de propagation de pathogènes et d’espèces aquatiques envahissantes, dont les carpes asiatiques.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!