La Presse canadienne

VANCOUVER — Les diverses formes de marijuana thérapeutique ne sont pas toutes équivalentes. C’est ce qu’affirment certains experts, qui mettent en garde contre les risques sur la santé et l’efficacité moindre des joints de marijuana.

Alors que l’usage de la marijuana à des fins médicales devient de plus en plus courant, et que le gouvernement fédéral progresse vers la légalisation de la substance, des experts de la santé soulignent l’importance pour les médecins et les patients de prendre en considération les effets secondaires parfois graves reliés aux diverses façons de consommer la drogue.

Paul Farnan, un spécialiste des dépendances à l’Université de la Colombie-Britannique, a assimilé la recommandation de fumer de la marijuana à des fins médicales à un médecin qui prescrirait de s’allumer une pipe d’opium.

«Nous savons qu’il y a quelque chose dans l’opium qui aide à apaiser les souffrances, et nous sommes en mesure de transformer sur le plan pharmaceutique de la morphine et d’autres analgésiques, mais nous ne dirions pas à des gens: « Vous avez des douleurs? Pourquoi ne fumeriez-vous pas de l’opium? »», a-t-il illustré.

Mikhail Kogan, directeur médical du Centre pour la médecine intégrée à l’Université George-Washington à Washington, a dit ne voir aucune raison actuellement pour les gens de fumer de la marijuana.

Il est difficile d’absorber suffisamment de la substance dans ses poumons, et les acides gastriques s’interposent lors de la consommation par la bouche, a-t-il fait valoir, ajoutant que d’autres moyens étaient plus efficaces, comme de disposer la substance sous la langue.

«La voie rectale est en fait beaucoup plus préférable en raison du volume d’absorption. Vous pouvez en mettre beaucoup plus et elle est absorbée de bien meilleure façon, mais ce n’est pas tout le monde qui est ouvert à cette forme d’administration», a souligné M. Kogan.

«Il existe tant d’autres produits désormais, tant de manières de consommer, que fumer à mon avis est très archaïque et compte très peu d’applicabilités cliniques», a-t-il ajouté.

«Cela étant dit, je crois que probablement la majorité des gens fument encore car il s’agit de la méthode la plus accessible», a-t-il affirmé.

Santé Canada recommande officiellement de ne pas fumer la marijuana.

«Un grand nombre de produits chimiques présents dans la fumée du tabac sont aussi présents dans la fumée du cannabis», peut-on lire sur le site internet.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!