TORONTO — Les progressistes-conservateurs de l’Ontario réclament un moratoire sur les fermetures d’écoles dans cette province et une révision des critères qui guident ces décisions.

Selon le chef de l’opposition, Patrick Brown, les libéraux tentent de réaliser des économies sur le dos des élèves. Il déplore le fait que le mécanisme de consultations pour la fermeture d’une école ait été ramené à un peu plus de deux mois.

La première ministre, Kathleen Wynne, a rappelé mardi que ces décisions sont prises par les conseils scolaires en tenant compte de la démographie locale. Elle a cependant admis que dans certains cas, le processus de consultations mené par le conseil scolaire avait été insuffisant ou inadéquat.

La ministre de l’Éducation, Mitzie Hunter, n’a pas voulu préciser combien d’écoles pourraient fermer. Dans une lettre transmise lundi aux conseils scolaires, elle leur demande d’examiner les scénarios de partage d’espaces avant d’envisager la fermeture d’une école. Elle évoque le partage de classes entre les quatre systèmes scolaires de la province — anglais, français, public et catholique.

La ministre Hunter soutient qu’un moratoire limiterait de façon arbitraire les initiatives des conseils scolaires et des communautés.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!