OTTAWA — Le directeur parlementaire du budget (DBP) affirme qu’il manque des milliards de dollars aux projections des dépenses fédérales annoncées plus tôt ce mois-ci.

Les prévisions en matière de dépenses pour la prochaine année incluaient des investissements de 8 milliards $ pour les infrastructures, mais un rapport publié jeudi par Jean-Denis Fréchette indique que les documents ne montrent que 5,5 milliards $ en allocations d’infrastructure.

Le rapport énumère plusieurs raisons pour expliquer les 2,5 milliards $ manquants, notamment que les libéraux pourraient reporter certaines dépenses prévues aux années futures.

Une autre raison invoquée dans le rapport suggère que les prévisions des dépenses sont présentées de façon si complexe que le bureau de M. Fréchette n’a pas pu trouver l’argent.

Le rapport est le dernier d’une série d’études du DPB qui ont suscité des critiques quant au programme d’infrastructures qui est un pilier de la stratégie de croissance économique du gouvernement.

Le rapport prédit également que les libéraux dépenseront seulement la moitié de l’argent prévu pour les infrastructures au cours du présent exercice financier.

L’absence de dépenses fédérales ne signifie pas que l’argent n’est pas dépensé pour des projets.

Le gouvernement fédéral rembourse les villes et les provinces pour des travaux uniquement lorsque les reçus sont présentés, causant généralement un délai entre les travaux de construction et l’octroi des fonds.

Le montant déboursé jusqu’à présent demeure imprécis.

La porte-parole du Parti conservateur en matière d’infrastructures, Dianne Watts, montre du doigt un processus de demande pour les municipalités qu’elle juge trop complexe.

«Ce n’est pas surprenant que le gouvernement ne réussisse pas à allouer la moitié des fonds en infrastructures cette année et que des milliards aient disparu des projections de dépenses du gouvernement pour l’an prochain», a déclaré M. Watts.

«Les libéraux doivent élaborer un plan transparent qui permet aux municipalités d’avoir accès à l’argent pour les infrastructures facilement», a-t-elle ajouté.

Les prévisions pour le prochain exercice annoncent 257,9 milliards $ de dépenses, soit une augmentation de 7,8 milliards $ par rapport à l’année dernière.

Le gouvernement s’attend à ce que les dépenses consacrées aux individus, telles que les prestations aux personnes âgées et aux enfants augmentent de 4,7 milliards $ comparativement à l’an dernier, atteignant 95,9 milliards $, tandis que les transferts aux provinces (comme pour les soins de santé) augmenteront de 1,6 milliard $.

Or, les montants des dépenses ne s’alignent pas avec ceux du budget, qui sera publié le 22 mars, rendant le suivi de l’argent difficile pour les parlementaires.

Par exemple, le rapport du DPB cite la fin de la prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE) qui a été remplacée lors du dernier budget par l’Allocation canadienne pour enfants (ACE).

La nouvelle allocation est plus coûteuse que la précédente, mais le ministère qui supervise le programme constate néanmoins une réduction de 4,2 milliards $ de ses dépenses par rapport à l’an dernier.

Le DPB demande au gouvernement de publier un document budgétaire décrivant l’ensemble des dépenses pour l’année.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!