OTTAWA — Le plus haut tribunal du Canada maintient la décision d’une cour inférieure qui avait tranché en faveur d’investisseurs qui alléguaient avoir été induits en erreur par le président américain Donald Trump et une firme immobilière.

La Cour suprême du Canada a décidé de ne pas entendre l’appel des défendeurs, dont Talon International Development et ses anciens dirigeants, concernant l’hôtel et la tour Trump du centre-ville de Toronto.

Les demandeurs — Sarbjit Singh et Se Na Lee — allèguent qu’on leur a vendu des unités de l’hôtel sous de faux prétextes et qu’on leur a fait croire que leurs investissements atteindraient des rendements allant de 7,74 pour cent à 20,90 pour cent.

Or, selon une décision rendue par la Cour d’appel de l’Ontario l’an dernier, les deux investisseurs ont plutôt perdu un total de 1,2 million $.

La tour de 65 étages située dans le quartier des affaires de Toronto comprend des chambres d’hôtel ainsi que des résidences privées et est gérée par l’Organisation Trump.

En octobre dernier, la Cour d’appel de l’Ontario s’était prononcée en faveur des investisseurs.

Elle avait ordonné que la vente de l’appartement soit annulée pour M. Singh et qu’un paiement de dommages-intérêts soit versé à Mme Lee pour «déclaration inexacte faite par négligence».

Note aux lecteurs: 7e para: bien lire que Se Na Lee est une femme; dans la version précédente, on laissait entendre qu’il s’agissait d’un homme

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!