CALGARY — Des chercheurs de l’Université de Calgary ont affirmé que l’abolition des mises en échec dans les rangs de hockey pee-wee a mené à une importante baisse des commotions cérébrales.

Hockey Canada avait voté de mettre fin à cette pratique pour les joueurs âgés de 11 et 12 ans, en 2013

La professeure de kinésiologie Carolyn Emery, qui dirige le «Sport Injury Prevention Research Centre» à l’Université de Calgary, a mentionné que les chercheurs ont effectué un suivi des joueurs avant et après le changement de politique.

Ils ont constaté une baisse de 64 pour cent en ce qui a trait aux commotions cérébrales et une diminution de 50 pour cent en ce qui concerne les blessures globales.

Emery indique que les joueurs d’âge pee-wee sont encore capables d’apprendre des habiletés leur permettant de se préparer aux mises en échec plus tard

Emery et ses collègues présenteront les résultats de leurs recherches lors d’une importante conférence du Comité international olympique sur la prévention des blessures, à Monaco, la semaine prochaine.

Elle a dit que la baisse depuis le changement de politique s’est élevée à 4800 commotions cérébrales de moins à travers le Canada en une année.

«C’est un immense impact sur la santé publique», a-t-elle déclaré, vendredi.

Emery a insisté sur le fait que la prévention des blessures est importante dans tous les groupes d’âge, mais qu’il y avait une raison de porter une attention particulière aux joueurs des rangs pee-wee.

«Nous voyons une grande différence dans la taille des joueurs de ce groupe d’âge, a-t-elle fait valoir. En matière de croissance et de développement, ce sont des enfants en croissance avec des cerveaux en développement et ils essaient d’apprendre plusieurs habiletés au hockey.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!