HO HO / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le sénateur André Pratte joint sa voix à celles de ses collègues qui réclament la démission de Don Meredith, qui a eu des relations sexuelles avec une adolescente de 16 ans.

Dans une lettre adressée dimanche au sénateur concerné et à tous leurs collègues, M. Pratte, nommé au Sénat par le premier ministre Justin Trudeau, soutient que la population pardonnerait à M. Meredith s’il admettait ses torts, mais que ces aveux ne le rendraient pas pour autant digne de siéger à la chambre haute.

L’ancien éditorialiste du quotidien «La Presse» qualifie d’«inadmissible» la conduite de M. Meredith — le sénateur, mais aussi l’homme. Il implore le sénateur de démissionner, pour son bien mais aussi celui de l’institution, «dont la réputation a déjà été suffisamment entachée».

Dans un rapport publié jeudi dernier, la conseillère à l’éthique au Sénat, Lyse Ricard, a conclu que le sénateur Meredith avait enfreint le code d’éthique de la chambre haute en entretenant une relation personnelle et sexuelle avec une fille vulnérable. Dans le rapport, M. Meredith reconnaît qu’il a eu des relations sexuelles avec la jeune femme, mais seulement lorsqu’elle était âgée de plus de 18 ans.

Le représentant du gouvernement libéral au Sénat, Peter Harder, a aussitôt écrit au sénateur Meredith pour lui demander de démissionner. Il a aussi demandé au Comité sénatorial permanent de l’éthique et des conflits d’intérêts de se réunir «dès que possible» afin d’étudier le dossier et de formuler des recommandations au Sénat.

Le sénateur conservateur David Wells a qualifié de «dégoûtant» le comportement du sénateur Meredith et s’est dit d’accord avec la demande de démission qui lui a été adressée.

Nommé au Sénat en décembre 2010 par Stephen Harper, M. Meredith, un pasteur pentecôtiste de Toronto, a quitté le caucus conservateur en juin 2015 lorsqu’une jeune femme de 18 ans a raconté au «Toronto Star» qu’elle avait eu, dès l’âge de 16 ans, des rapports intimes avec le sénateur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!