HALIFAX — L’Agence canadienne d’inspection des aliments souhaite améliorer l’étiquetage des produits de la mer, à la suite d’un rapport dévastateur de groupes environnementaux sur les normes actuelles.

SeaChoice — une coalition de trois groupes environnementaux canadiens — accorde la plus mauvaise note (F) à l’étiquetage actuel des poissons et fruits de mer au Canada, comparativement aux normes américaines et européennes.

Les écologistes soutiennent que les emballages au Canada manquent cruellement de détails pour informer les consommateurs, notamment le nom scientifique de l’espèce, l’endroit de la prise, le type de pêche utilisé, et s’il s’agit d’une espèce d’élevage ou sauvage.

La coalition demande au gouvernement canadien de forcer les producteurs et les détaillants à adopter des règles d’étiquetage uniformes, sans quoi les risques de fraude, ou du moins de fausse représentation, sont accrus. Sans parler des risques pour la santé des consommateurs.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) n’a pu transmettre les questions à un expert. Dans une déclaration écrite, l’agence explique qu’elle procède actuellement à une modernisation de l’étiquetage et qu’elle a publié récemment des propositions visant à spécifier le pays d’origine des poissons entiers importés et leurs noms communs.

L’ACIA veut aussi examiner les mesures dont l’industrie pourrait se doter afin de garantir la véracité des informations inscrites sur les étiquettes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!