CRANBROOK, C.-B. — Une femme accusée d’avoir conseillé à son mari de se suicider a été acquittée par un tribunal de la Colombie-Britannique, jeudi.

Terri Reimer a pleuré en entendant la décision du juge Ron Webb, d’une cour provinciale de Cranbrook. Ce dernier a tranché qu’il existe un doute raisonnable sur le fait que la femme ait encouragé son mari, Bill Reimer, à tenter de s’enlever la vie le 22 mars 2016.

Selon l’information rapportée en cour, Bill Reimer avait avalé plus d’une centaine de comprimés d’un médicament prescrit avant d’avoir un échange houleux avec sa femme au téléphone.

Un membre de la famille, Rhonda Reimer, a dit avoir entendu la conversation. L’ancienne agente de la Gendarmerie royale du Canada, qui a témoigné au cours du procès, a dit avoir entendu l’accusée traiter son mari de « lâche » et lui dire qu’elle allait lui fournir un revolver.

Le juge a dit avoir en mains des éléments de preuve insuffisants pour reconnaître Mme Reimer coupable d’avoir administré une substance potentiellement dangereuse à son mari dans le but de lui causer du tort.

Le magistrat a par ailleurs dénoté la présence d’incohérences dans le témoignage.

Réagissant à la décision du juge Webb, Terri Reimer a dit se sentir en paix, ajoutant qu’elle croit que son mari partage ses sentiments.

Le mariage du couple était sujet à d’importantes tensions à l’époque des faits alléguée. Bill Reimer aurait commis plusieurs tentatives de suicide après que sa femme lui eut avoué lui avoir été infidèle et être aux prises avec une dette de 300 000$ en jeux de hasard.

En février, l’accusée avait dit qu’elle ne dirait jamais à son mari de se suicider.

«Je l’aime trop. C’est toujours le cas», avait-elle plaidé.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!