VICTORIA — Le nombre de surdoses mortelles recensées en Colombie-Britannique a légèrement baissé pour un deuxième mois consécutif en février, mais le service du coroner de la province souligne que le bilan demeure tout de même beaucoup plus lourd que celui observé l’an dernier.

Le service a indiqué que 102 personnes ont perdu la vie en février en raison de surdoses, alors que 59 personnes mouraient pour les mêmes raisons un an plus tôt, à la même période.

Les données provisoires montrent que sept morts sont survenues tous les deux jours, en moyenne, au cours du mois dernier.

Du 1er janvier au 28 février, un total de 219 morts attribuables à la consommation de drogues illicites a été recensé par le service du coroner de la Colombie-Britannique. Dans les deux premiers mois de 2016, 143 cas similaires avaient été relevés.

Les villes de Vancouver, Surrey et Kelowna affichent les plus hauts taux de prévalence depuis le début de l’année 2017.

Les cas ont grimpé sur l’île de Vancouver, précise-t-on.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a décrété, le printemps dernier, que la situation en est une d’urgence de santé publique. À ce moment, les cas de morts relatives à des surdoses avaient atteint un sommet, notamment en raison de la consommation de fentanyl, un puissant opioïde.

En 2016, un bilan record de 922 morts a été constaté par le service du coroner.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!