La Presse Canadienne

Le Canadien accusé du piratage monstre des courriels de Yahoo présentait un «important risque de fuite», en partie en raison de ses présumés liens avec des agents du renseignement russe, indiquent des agents des forces de l’ordre dans des documents déposés en cour.

Dans des documents demandant la permission d’arrêter Karim Baratov, les autorités américaines décrivent le résidant de Hamilton, âgé de 22 ans, comme un «pirate indépendant», payé par des membres des services de sécurité russes, connus sous l’acronyme FSB.

Dans les documents, les agents indiquent que Karim Baratov avait les moyens de fuir le Canada et les habiletés techniques nécessaires pour détruire les preuves liées à ses présumées activités.

Les documents indiquent que par conséquent, le jeune homme devrait «être arrêté de manière urgente et détenu».

Karim Baratov, un citoyen canadien originaire du Kazakhstan, a été arrêté dans la ville d’Ancaster, en Ontario, en vertu de la Loi sur l’extradition, mardi dernier. Les autorités américaines ont dit mercredi que lui et trois autres individus — dont deux seraient apparemment des agents du FSB — étaient accusés de piratage informatique, d’espionnage économique et d’autres crimes.

L’avocat du jeune Canadien, Amedeo Dicarlo, a soutenu que les allégations contre son client étaient non fondées.

Karim Baratov a comparu brièvement par vidéoconférence à Hamilton, vendredi. Une enquête sur le cautionnement est prévue le 5 avril.

Me Dicarlo a indiqué qu’il prévoyait demander la libération de son client et s’opposer à une demande d’extradition. Il n’a pas voulu discuter de la vie personnelle ou professionnelle de Karim Baratov, se contentant de le décrire comme un entrepreneur prospère.

Dans les documents déposés en cour à Hamilton, les autorités américaines ont souligné le risque que le présumé pirate prenne la fuite s’il entendait parler du mandat le visant. Elles ont cité en exemple l’un des présumés complices du jeune homme, Alexsey Belan, qui avait été arrêté dans un autre dossier en Grèce en 2013 et qui devait être extradé aux États-Unis.

Il avait alors été libéré sous caution dans l’attente de son audience d’extradition, puis a rapidement pris la fuite vers la Russie, où il a «bénéficié de la protection d’agents du gouvernement russe», indiquent les documents.

«Alexsey Belan a pu continuer ses crimes — en fournissant des services de cyberpiratage au gouvernement russe et en victimisant des centaines de millions de tierces parties innocentes pour, dans certains cas, ses propres intérêts financiers», peut-on lire dans les documents.

Les documents donnent par ailleurs plus de détails sur la façon dont les autorités croient que se serait produit le piratage.

Des données de Google indiquent que Karim Baratov utilisait des techniques d’hameçonnage afin d’envoyer des messages ressemblant à des courriels de personnes de confiance, afin que les destinataires «ouvrent les pièces jointes ou cliquent sur des hyperliens dans le message pour ensuite fournir les informations de connexion de leur compte», peut-on lire. Il semblerait que Karim Baratov envoyait alors des images montrant qu’il avait bien réussi à infiltrer les comptes à un complice, Dmitry Aleksandrovich Dokuchaev, décrit comme un agent du FSB par les autorités américaines. Ce dernier versait alors des sommes au pirate canadien en échange des informations de connexion.

Une déclaration d’un policier de Toronto incluse dans les documents allègue par ailleurs que Karim Baratov a aussi piraté des milliers d’autres comptes en plus de ceux de Yahoo, soulignant également que des sites actuellement en ligne publicisent les services de piratage du jeune homme.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus