EDMONTON — Les chefs des deux principaux partis de droite en Alberta se sont rencontrés, lundi, pour discuter de leurs démarches en vue d’une possible fusion.

Le nouveau chef progressiste-conservateur, Jason Kenney, a dit qu’une équipe de son parti et du parti Wildrose tenterait d’élaborer la version préliminaire d’une entente d’union d’ici les six prochaines semaines.

En sortant du parlement provincial, M. Kenney a déclaré qu’il avait participé à une «excellente» rencontre de 35 minutes avec Brian Jean. Il s’est dit encouragé par «le ton constructif et positif» de leurs échanges.

Il a ajouté que M. Jean et lui s’étaient entendus «sur tous les points» quant aux «étapes initiales» du processus de fusion.

Les deux chefs espèrent qu’il y aura une équipe en place d’ici la fin de la semaine, qui aura le mandat de faire un rapport qui sera remis à la fin du mois d’avril.

Si cette version préliminaire de l’entente est acceptée par les dirigeants, elle serait alors présentée aux caucus des partis, puis finalement aux membres des deux formations.

M. Jean a refusé de parler aux journalistes à la fin de la rencontre. Les médias n’ont pas pu photographier les deux hommes ensemble.

Plus tôt dans la journée, Brian Jean avait félicité M. Kenney pour son élection décisive à la tête des progressistes-conservateurs et avait dit vouloir commencer à élaborer la marche à suivre pour une éventuelle fusion.

«Je ne vais pas aller dans les détails quant à savoir comment cette fusion se fera. J’arrive à cette rencontre avec un esprit ouvert et j’espère que nous aurons une bonne rencontre constructive», a-t-il dit.

Il a toutefois rappelé que tout nouveau parti conservateur devrait être créé dans le cadre légal du Wildrose et approuvé par les membres.

M. Jean dit aussi toujours vouloir devenir le prochain premier ministre de l’Alberta.

La première ministre néo-démocrate de l’Alberta, Rachel Notley, a félicité Jason Kenney pour sa victoire, mais elle n’a pas perdu de temps à critiquer son intention de s’attaquer au bilan de son parti.

Selon elle, cela signifie de «remettre les grosses sommes d’argent dans la politique, de hausser les frais scolaires, d’ajouter des élèves dans les classes déjà pleines et de renverser l’approbation de l’oléoduc de Kinder Morgan».

«Je lui suggère de clarifier rapidement ses plans», a-t-elle lancé.

Aussi dans National :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!