TC Media - Denis Germain La clinique du dentiste Dr Glenn Hoa a pignon sur rue sur le boul. Roland-Therrien, à Longueuil.

Pratiquant la médecine dentaire depuis plusieurs années, le Dr Glenn Hoa désirait aller au-delà de sa pratique. Il a donc décidé de lancer le défi Pro Bono 52, qui vise à offrir des soins dentaires de base gratuits à 52 personnes «exceptionnellement généreuses».

Celui qui a reçu l’Ordre du mérite de Brossard en février a d’abord été troublé par des vétérans de l’armée qui arrivaient à peine à joindre les deux bouts. La visite annuelle chez le dentiste se retrouvait donc bien au bas de leur liste de priorités, qui consistait simplement à se loger, se nourrir et payer les factures.

«Il y a des militaires qui ont servi notre pays et qui reviennent avec un choc post-traumatique. Ils ne sont pas en mesure de s’intégrer et de trouver un emploi, raconte le résident de Brossard. C’est ça qui m’a le plus inspiré. Ces gens ont servi et maintenant, ils ne sont plus assurés et ils n’ont pas les moyens d’avoir recours à un dentiste. J’ai extrapolé à ma communauté et à ma clinique. Dans notre propre entourage, il y a toujours des personnes dans le besoin.»

Créer une chaîne d’entraide
Le Dr Glenn Hoa entame en 2017 la deuxième année de son programme social. Déjà, en 2016, il a rencontré une vingtaine de patients, effectué 13 nettoyages, 31 extractions dentaires et 3 traitements d’urgence, pour un total de près de 9000$ en soins de base.

En 2017, il espère atteindre son objectif de 52 patients, soit une rencontre par semaine.

«Tout le recrutement se déroule sur Facebook, précise le dentiste. Je n’ai pas investi d’argent en marketing ou en référencement Google.»

Pour valoriser l’entraide, le Dr Glenn Hoa exige que les patients aidés soient recommandés par une autre personne. Ceux qui réfèrent un patient doivent simplement expliquer en quelques phrases la situation financière, familiale et sociale de cette personne et ajouter ce qui la rend «exceptionnellement généreuse».

«Comme les gens ne peuvent pas se référer eux-mêmes, ça pousse à se demander: qui,  dans mon entourage, est dans une pire situation que la mienne?», explique-t-il.

Même s’il offre ses services gratuitement, le dentiste a tout de même eu de la difficulté à trouver des patients, contrairement à son autre programme où il offrait des consultations à faible coût, lui permettant de servir près de 700 patients.

«Ce n’est pas parce que c’est gratuit que les gens vont venir. Ce sont souvent des personnes extrêmement vulnérables et ça prend beaucoup de courage pour accepter l’aide des autres, remarque le Dr Hoa. C’est très intimidant d’aller voir un dentiste et de demander des services gratuits. Mais tout est fait dans la simplicité pour que le patient soit le plus à l’aise possible.»

Multiplier le nombre de patients
Pour inciter d’autres dentistes à emboîter le pas, le Dr Hoa recueille le plus de données possible quant à cette pratique qu’il considère extrêmement bénéfique pour sa clinique située sur le boul. Roland-Therrien.

«Je recueille des données qui me permettent de comptabiliser le coût en les comparant aux profits de la clinique, explique le Dr Hoa. Et j’ai remarqué que même si je fais du pro bono, je fais quand même plus d’argent chaque année. Quand tu es prêt à faire des choses gratuitement, tu penses moins à l’argent et le patient te fait plus confiance. Pour obtenir l’appui d’autres professionnels de mon domaine, il faut que je sois capable de prouver avec des chiffres que c’est une bonne pratique pour une clinique et pour notre profession.»

Il est encore temps de référer quelqu’un à la clinique du Dr Hoa. Les instructions se retrouvent sur la page Facebook Clinique Dentaire Dr Glenn Hoa et Dre Tran Nguyen.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!