TC Media Archives La police de Gatineau.

«Dépassement illégal en sens inverse: Excuse: Je suis pressée je dois déposer les enfants à la garderie. Constatation: 0 enfant dans véhicule.»

Ce message, c’est la police de Gatineau qui l’a mis sur Twitter mercredi matin. Un premier message d’une série d’excuses entendues par les policiers gatinois de la part des automobilistes pris en défaut.

Et le processus va se poursuivre alors que le Service de police entend continuer d’utiliser ce réseau social pour dévoiler des perles. «On avait le goût d’y aller avec légèreté», explique l’agente Andrée East, relationniste au Service de police de Gatineau.

«Souvent, ce qu’on communique par les réseaux sociaux, c’est assez lourd. On voulait faire quelque chose avec un peu plus d’humour. On essaye de faire des clins d’œil aux gens qui nous suivent.»

Prévention
Cette nouvelle formule n’est pas seulement un trait d’humour. C’est aussi une façon différente de tenter de faire de la prévention, explique Mme East. «Ce genre de message va permettre de commencer des discussions avec les gens.»

«On a l’avantage d’avoir beaucoup de gens qui nous suivent sur les réseaux sociaux», ajoute-t-elle. Le Service de police souhaite donc utiliser de plus en plus ces moyens pour rejoindre les gens.

Les responsables des communications ont eu une bonne collaboration des patrouilleurs dans ce projet puisqu’ils ont fait parvenir plusieurs anecdotes à partager avec les citoyens.

Ces messages humoristiques par les réseaux sociaux pourraient être un premier pas vers une utilisation plus accrue et différente de Facebook et Twitter par les policiers, mentionne Andrée East.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!