MONTRÉAL — Le ministère de la Santé et des Services sociaux a réussi à s’entendre quant au contrat de services qui le lie à une coalition qui représente une minorité d’entreprises ambulancières — mais il s’agit tout de même d’un premier déblocage dans ce dossier complexe.

L’entente que vient de conclure le ministère vaut pour une coalition qui regroupe neuf entreprises ou coopératives dans les régions de Québec, Charlevoix, Chaudière-Appalaches, Beauce, Montérégie, Bas Saint-Laurent, Saguenay, Estrie et Laurentides-Lanaudière.

Ces coopératives ou entreprises emploient plus de 1160 salariés, dont 1000 techniciens ambulanciers, a précisé la coalition dans un communiqué diffusé vendredi.

Dans son propre communiqué, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, n’a pas caché sa satisfaction, d’autant plus que les relations sont beaucoup plus tendues avec le plus grand regroupement d’entreprises ambulancières.

«Je suis heureux de cette entente qui démontre la bonne foi des deux parties de travailler dans un esprit de collaboration», a-t-il commenté.

Ces ententes, qui entreront en vigueur le 1er avril prochain, établissent les paramètres du contrat qui les lie au ministère, notamment le financement. Le ministère verse des subventions à ces entreprises pour qu’elles dispensent les services, en respectant certaines normes.

Il appartient à ces entreprises, ensuite, de négocier les conventions collectives avec leurs employés, puisque le ministère s’est retiré de cette négociation l’année dernière.

Le plus grand regroupement d’entreprises ambulancières, la Corporation des services d’ambulance du Québec, s’est plutôt adressé aux tribunaux pour contester la façon dont ces contrats de services lui ont été soumis en décembre dernier. La cause n’a pas encore été entendue.

Cette Corporation affirme représenter 95 pour cent des entreprises ambulancières à l’extérieur de la métropole.

Le ministre Barrette leur a adressé un message, en citant en exemple l’entente qu’il venait de conclure avec les neuf autres. «J’invite les entreprises et l’association qui se sont adressées aux tribunaux à faire de même», a-t-il lancé.

Ce dossier des contrats de services entre le ministère et les entreprises et coopératives ambulancières est aussi compliqué par une négociation difficile pour le renouvellement des conventions collectives. La CSN et la FTQ représentent des syndicats d’ambulanciers et il y a aussi des syndicats indépendants.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!