OTTAWA — Un nouveau rapport appelle les libéraux fédéraux à faire de leur nouvelle «banque» expérimentale d’infrastructures un lieu pour aider les villes et les provinces à vendre des actifs existants, plutôt que de simplement soutenir les nouveaux projets de construction.

L’Institut C.D. Howe affirme que le gouvernement libéral, aux côtés des provinces, des territoires et des villes, pourrait engranger de 67 milliards $ à 100 milliards $ en vendant des actifs générant des revenus, tels que les aéroports, qui pourraient être attrayants pour les investisseurs du secteur privé.

Les libéraux fédéraux ont évalué la pertinence de vendre des parts dans les aéroports du pays, a indiqué le ministre des Finances, Bill Morneau, la semaine dernière, ajoutant que cela faisait partie des discussions en cours sur la propriété gouvernementale de certains actifs.

Le rapport du groupe de réflexion soutient que les libéraux devraient aussi envisager de permettre aux investisseurs canadiens ou étrangers de s’acquitter de la facture totale de projets, sans financement public.

L’auteur du document et directeur adjoint de recherche à C.D. Howe, Benjamin Dachis, a indiqué que le gouvernement libéral fédéral devrait aussi offrir des incitatifs financiers aux gouvernements municipaux et provinciaux pour travailler avec cette Banque de l’infrastructure du Canada.

La «banque» utiliserait 35 milliards $ en financement et en fonds fédéraux dans le but de générer des sommes quatre fois plus importantes du secteur privé, si le plan fonctionne, pour aider à payer pour de nouveaux projets d’infrastructure.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!