THE CANADIAN PRESS Sarah Fontaine.

WINNIPEG — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Manitoba a annoncé mardi que la soeur de Tina Fontaine, qui était portée disparue depuis la semaine dernière, a été retrouvée saine et sauve.

Sarah Fontaine, âgée de 16 ans, est la soeur de Tina Fontaine, cette jeune Autochtone dont le cadavre avait été découvert il y a trois ans dans la rivière Rouge, à Winnipeg, enveloppé dans un sac de plastique. Tina Fontaine avait 15 ans.

Leur grand-tante, Thelma Favel, a précisé que la jeune Sarah était dévastée par le sort qui s’acharnait sur la famille Fontaine depuis quelques années. Le père des deux filles, Eugene Fontaine, avait été battu à mort trois ans avant le décès de la jeune Tina. Le mois dernier, leur cousine, Jeanenne Fontaine, âgée de 29 ans, a été retrouvée dans les décombres d’une maison incendiée, une balle dans la tête, à Winnipeg.

La grand-tante Thelma, qui s’est occupée des deux filles pendant plusieurs années, craignait lundi que Sarah ait été elle aussi victime d’un acte violent. Par l’entremise des médias, elle implorait l’adolescente de réintégrer la résidence de Winnipeg où elle était hébergée depuis un an.

La jeune mère a finalement été retrouvée saine et sauve, a annoncé mardi la GRC.

Sarah Fontaine est tombée enceinte après la mort de sa soeur Tina et résidait dans une maison de la région de Winnipeg avec son enfant, racontait lundi sa grand-tante Thelma. Elle suivait une thérapie depuis environ un an.

Sa soeur Tina s’était elle aussi enfuie de la maison de sa tante Thelma, au sein de la Première Nation Sagkeeng, et vivait à Winnipeg depuis quelques semaines seulement au moment de sa disparition. Placée sous la protection des services sociaux, l’adolescente avait malgré tout été rapidement victime d’exploitation dans la grande ville.

Raymond Cormier, un homme originaire du Nouveau-Brunswick au lourd passé criminel, a été depuis accusé du meurtre non prémédité de la jeune Tina.

Cette triste affaire était devenue un symbole pour tous ceux qui souhaitaient une enquête publique sur les femmes et filles autochtones assassinées ou disparues au Canada.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!