OTTAWA — Les cinq élections complémentaires de lundi n’ont réussi à déplacer qu’entre 27 et 34 pour cent des électeurs inscrits. Les résultats dans ces cinq comtés — châteaux forts libéraux ou conservateurs — étaient annoncés d’avance.

Les stratèges des partis se penchent tout de même sur le détail de ce vote pour en tirer des leçons.

1. Un vert qui dépasse le NPD. Le Parti libéral du Canada, sans surprise, a remporté le comté de Saint-Laurent, à Montréal. Ce comté a été la scène d’une querelle interne, le maire de l’arrondissement Alan DeSousa ayant été écarté et les militants ayant préféré une enseignante de 26 ans, Emmanuella Lambropoulos, à l’ancienne ministre Yolande James. Puis, le jour du vote, de l’avis du député bloquiste Xavier Barsalou-Duval, le comté a prouvé que «c’est fini la vague orange» au Québec. Le candidat néo-démocrate Mathieu Auclair est arrivé derrière le candidat vert, l’écologiste bien connu Daniel Green. Le candidat bloquiste, lui, a récolté moins de 5 pour cent des voix.

2. Les néo-démocrates se consolent avec Ottawa-Vanier. La candidate du NPD, Emilie Taman, a réussi à arracher 28,7 pour cent des voix. C’est 6600 votes de moins que la libérale, Monia Fortier, qui a gagné. Mais c’est beaucoup mieux qu’aux élections générales de 2015. «On a tout à fait le droit de se réjouir de notre performance dans Ottawa-Vanier», s’est vanté le chef du NPD, Thomas Mulcair, devant cette défaite. La «performance» de Mme Taman pourrait être liée à la campagne bruyante pour une réforme électorale, réforme que Justin Trudeau a abandonnée.

3. Une parachutée qui déçoit un peu. On se serait attendu à un résultat plus impressionnant pour les libéraux dans le comté ontarien de Markham-Thornhill. Mary Ng, le choix de Justin Trudeau, a récolté 51,3 pour cent des votes. Mais en 2015, son prédécesseur, aujourd’hui ambassadeur en Chine, John McCallum, avait remporté le comté avec presque 56 pour cent des voix. Là, peut-être comme dans Saint-Laurent, des militants libéraux éconduits par les dirigeants du parti ont pu bouder l’exercice. «Vous savez qu’il y a beaucoup de libéraux qui sont restés à la maison hier. C’est un signal qui leur a été envoyé», croit savoir le député conservateur Gérard Deltell.

4. Les Albertains toujours aussi conservateurs. Même s’ils ont élu un gouvernement provincial néo-démocrate, les Albertains n’ont fait aucun cadeau au NPD fédéral lundi: 2,9 et 2,5 pour cent des voix dans les deux comtés de Calgary qui ont joyeusement réélu des conservateurs pour prendre les sièges de Stephen Harper et de son ministre Jason Kenney. Le Parti conservateur, qui est sans chef pour encore deux mois, a récolté 71 et 77 pour cent des voix. «Dans certaines régions du pays, on a encore beaucoup de travail à faire», a reconnu le ministre Jean-Yves Duclos à son arrivée aux Communes, mardi.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!