Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a pris des mesures afin de tenter de ménager la chèvre et le chou sur le pont de Québec, où des véhicules ont été atteints mardi soir et mercredi par de lourds blocs de neige tombés de la superstructure de l’ouvrage historique.

Des incidents semblables sont survenus sur le boulevard Champlain, sous la structure du pont, de même que sur le pont Pierre-Laporte, mais dans une moindre mesure.

La situation est imputable à une importante chute de neige mouillée et très lourde qui a collé à la structure.

Le MTQ a dû choisir entre deux maux le moindre, a expliqué son porte-parole, Guillaume Paradis.

«On a, d’un côté, la possibilité de procéder à la fermeture du pont, avec tous les impacts que ça implique, ou le garder ouvert avec les impacts de sécurité. On « balance » ces deux éléments pour essayer de trouver la meilleure solution, mais ce ne sont que deux mauvaises solutions».

Ainsi, on a choisi de garder le pont ouvert, avec des aménagements: sur les trois voies que compte l’ouvrage, on a fermé celle du centre afin, d’une part, de ralentir le trafic et, d’autre part, de permettre une voie d’évitement rapide en cas de chute. Le pont a aussi été fermé aux piétons.

De plus, on ferme temporairement le pont lors de chaque passage de train, car ces passages créent des vibrations qui font tomber les blocs.

Heureusement, on ne signale aucune blessure jusqu’ici.

Le MTQ s’attend à recevoir des réclamations des automobilistes touchés, surtout que le ministre des Transports, Laurent Lessard, s’est engagé auprès d’un automobiliste atteint par un bloc, de glace celui-là, sur le pont Pierre-Laporte.

M. Paradis a précisé qu’un dégagement complet de la neige accumulée représenterait une tâche colossale.

«Physiquement, ça se ferait d’envoyer des hommes dans la structure, mais c’est inimaginable en raison de l’ampleur de la structure; la semaine dernière, pour le pont Pierre-Laporte, on a commencé le soir à 19h et on a poursuivi jusqu’à 5h00 du matin et on a terminé (après l’heure de pointe) après un autre deux, trois heures. Donc, on parle d’une douzaine d’heures pour seulement deux câbles porteurs», a-t-il expliqué.

«Le pont de Québec, avec sa structure complexe, représenterait probablement une bonne semaine d’ouvrage», a précisé M. Paradis.

Or, le MTQ espère que Dame Nature pourra régler le problème plus rapidement.

«On se croise les doigts comme tout le monde pour que la température s’améliore un peu. Avec quelques degrés de plus, la fin des précipitations de neige et de la pluie, le pont pourrait se vider assez rapidement», a avancé M. Paradis.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!