HAMILTON — Le Canadien accusé du piratage monstre des courriels de Yahoo a déclaré devant un tribunal ontarien, mercredi, qu’il possède une entreprise dont le mandat est de protéger des sites web contre des cyberattaques.

Karim Baratov témoignait dans le cadre de son enquête sur remise en liberté à Hamiton. Il a notamment informé la cour qu’il avait gagné environ 90 000 $ lors de la première année d’existence de son entreprise, puis un peu moins dans les années subséquentes.

Le jeune homme de 22 ans, originaire du Kazakhstan, a été arrêté le 14 mars dans la ville d’Ancaster, en Ontario, en vertu de la Loi sur l’extradition.

Les autorités américaines ont déposé des accusations de piratage informatique et d’espionnage économique contre lui et trois autres personnes. Elles avancent que deux des trois autres suspects sont des agents des services secrets russes.

Dans des documents présentés en cour, les autorités américaines demandent que le Canadien demeure détenu puisqu’il présente un «important risque de fuite», en raison de ses liens présumés avec des agents du renseignement russe et de ses importants moyens financiers. Elles mentionnent également que le suspect ne semble avoir aucun «emploi légitime».

L’avocat de Karim Baratov a fait valoir que son client devrait être libéré sous caution en attendant son audience pour son extradition. Durant cette période, le suspect habiterait avec ses parents.

Amedeo DiCarlo a clamé que les allégations contre Karim Baratov étaient non fondées et que celui-ci n’avait aucunement l’intention de faire faux bond à la justice canadienne.

Au cours de l’audience sur remise en liberté, la procureure de la Couronne Heather Graham a révélé que la police avait découvert plus de 30 000 $ en argent comptant dans la maison du suspect, après son arrestation.

Karim Baratov a expliqué à la cour qu’il conservait cet argent par souci d’économie. L’argent provenait «de retraits bancaires» et de montants gagnés au casino, a-t-il dit.

Le jeune homme a raconté à la cour avoir lancé son entreprise en 2014. Il a ajouté qu’il gagnait de l’argent en hébergeant des sites web de petites entreprises et qu’il protégeait les sites contre le piratage informatique.

Propriétaire d’une maison

Karim Baratov a soutenu être le propriétaire de la maison où il a été arrêté, affirmant l’avoir achetée lorsqu’il avait 20 ans. Il a mentionné qu’il partageait les paiements hypothécaires à parts égales avec ses parents.

Il a dit avoir personnellement versé environ 65 000 $ en mise de fonds, une somme qu’il a touchée en vendant l’une de ses voitures de luxe.

Toujours selon son témoignage, Karim Baratov a affirmé avoir effectué les paiements hypothécaires et avoir payé pour les dépenses de la maison en pigeant à même le compte bancaire de son entreprise.

Il a vendu sa maison peu après son arrestation et dit avoir empoché environ 260 000 $ après déduction des frais.

Les trois autres suspects qui sont visés par les autorités américaines pour le piratage des courriels de Yahoo sont Dmitry Aleksandrovich Dokuchaev, 33 ans, Igor Anatolyevich Sushchin, 43 ans, et Alexsey Alexseyevich (Magg) Belan, 29 ans.

Ces trois hommes sont tous des ressortissants russes habitant en Russie. Rien n’indique qu’ils seront traduits en justice aux États-Unis, puisqu’il n’existe aucun traité d’extradition entre la Russie et les États-Unis.

MM. Dokuchaev et Sushchin sont soupçonnés d’être des agents du renseignement russe qui auraient coordonné et dirigé l’attaque, selon le département américain de la Justice.

Selon le mandat d’arrêt lancé par les autorités américaines, le duo aurait demandé à Karim Baratov de pirater plus de 80 comptes de messageries en échange de commissions.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!