WOSS, C.-B. — Des wagons à la dérive transportant du bois se sont renversés sur des employés d’entretien à Woss, un village situé sur l’île de Vancouver, tuant deux personnes et en en blessant trois autres, a indiqué la Gendarmerie royale du Canada, jeudi.

Dans un communiqué publié en fin d’après-midi (heure locale), le corps policier ajoute que les trois blessés ont été transportés à l’hôpital, mais n’a pas précisé la nature de leurs blessures.

Les causes de l’accident font l’objet d’une enquête, a dit Dave Rushton, un élu local. De premières informations indiquent que des employés effectuaient des travaux d’entretien sur la voie ferrée lorsque les wagons à la dérive les ont heurtés de plein fouet.

La caporale Tammy Douglas a dit que les policiers avaient été mis au courant du déraillement vers 8 h 45. Plusieurs premiers intervenants se sont rendus sur les lieux. Des efforts considérables ont été déployés afin de secourir ceux qui étaient emprisonnés parmi les décombres.

La policière a aussi mentionné que le Bureau du coroner de la Colombie-Britannique, la commission des accidents de travail de la province (WorkSafe BC) et le Bureau de la sécurité des transports du Canada menaient eux aussi leur enquête sur la tragédie.

M. Rushton a dit qu’on lui a raconté que les travailleurs avaient été surpris par l’arrivée de ces wagons fantômes.

Il a souligné que des wagons se sont échappés sur une pente avant d’arrêter leur course derrière le village.

«C’est étonnant que cela n’ait pas fait plus de dégâts», a-t-il dit.

Les wagons ne sont pas toujours attachés à un convoi à cet endroit de la ligne ferroviaire, a-t-il expliqué. Le secteur est une zone de transfert où circulent des wagons avant d’être rattachés à une locomotive.

Une rétrocaveuse et une draisine se trouvaient sur la voie ferrée au moment de l’impact.

Le train était sous la responsabilité de la société Western Forest Products, un des principaux employeurs de la région.

Le président et chef de la direction de l’entreprise, Don Demes, a indiqué que celle-ci coopère à l’enquête que mènent les autorités.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!