Adrian Wyld/La Presse canadienne Chrystia Freeland

OTTAWA — Le Canada a allongé sa liste de personnes syriennes visées par des sanctions en y ajoutant les noms de 17 hauts dirigeants du régime Assad et de cinq entités relativement à l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

Ces personnes et entités sont désormais assujetties à un gel de leurs avoirs et à une interdiction de transactions.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, affirme que ce geste vise à accroître la pression internationale sur le régime pour qu’il cesse immédiatement les attaques contre son propre peuple.

Elle ajoute que le Canada collabore avec ses alliés pour mettre un terme à la guerre en Syrie, qui a fait des centaines de milliers de victimes et provoqué la crise des réfugiés.

Mme Freeland soutient que le Canada souhaitait par cette annonce envoyer au régime Assad un message ferme et clair selon lequel les crimes de guerre qu’il a commis ne seront pas tolérés et les auteurs seront tenus responsables de leurs actes.

Le Canada verse, sur trois ans, plus de 1,6 milliard $ qui serviront à financer la sécurité, la stabilisation, l’aide humanitaire et l’aide au développement, pour répondre aux crises en Irak et en Syrie et à leurs conséquences sur les pays avoisinants.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!